EthicaDB •   Publication hypertextuelle et multi-versions de l'Ethique de Spinoza

propositio 62

Pars 4, prop 62
Latin | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Pautrat - fr | Misrahi - fr     infra (1)  |  haut ^

En tant que l'Âme conçoit les choses suivant le commandement de la Raison, elle est également affectée, que l'idée soit celle d'une chose future ou passée, ou celle d'une chose présente.

Quatenus mens ex rationis dictamine res concipit, aeque afficitur sive idea sit rei futurae vel praeteritae sive praesentis.

Quatenus mens ex rationis dictamine res concipit, aeque afficitur sive idea sit rei futurae vel praeteritae sive praesentis.

In so far as the mind conceives a thing under the dictates of reason, it is a affected equally, whether the idea be of a thing future, past, or present. (Elwes - en)

Sofern der Geist die Dinge nach dem Gebot der Vernunft begreift, wird er in gleicher Weise erregt, mag die Idee die eines Zukünftigen, vergangenen oder gegenwärtigen Dinges sein. (Stern - de)

In quanto concepisce le cose secondo il dettame della Ragione, la Mente risente egualmente della sua idea tanto se questa sia 1' idea di una cosa futura o passata, quanto se sia 1' idea di una cosa presente. (Peri - it)

Voorzoover de Geest de dingen opvat volgens het voorschrift der Rede, wordt hij gelijkelijk er door aangedaan, onverschillig of zijn voorstelling een toekomstige, een verleden of een tegenwoordige zaak betreft. (Suchtelen - nl)

En la medida en que el alma concibe las cosas según el dictamen de la razón, es afectada igualmente por la idea de una cosa futura, que por la de una pretérita o presente. (Peña - es)

L’esprit, en tant qu’il conçoit les choses sous la dictée de la raison, est affecté également, qu’il s’agisse de l’idée d’une chose future ou passée, ou bien d’une chose présente. (Pautrat - fr)

En tant que l’Esprit conçoit les choses selon le commandement de la Raison, il est affecté de la même façon par l’idée d’une chose future ou passée, et par l’idée d’une chose présente. (Misrahi - fr)

demonstratio par 2, prop 44, cor 2  |  2, prop 43  |  2, prop 43, sc   |  2, prop 41  |  2, def 4

Latin | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Misrahi - fr

4, prop 62, demo  - Tout ce que l'Âme conçoit conduite par la Raison, elle le conçoit comme possédant une même sorte d'éternité ou de nécessité (Coroll. 2 de la Prop. 44, p. II), et elle est, en le concevant, affectée de la même certitude (Prop. 43, p. II avec son Scolie). Que l'idée donc soit celle d'une chose future ou passée, ou celle d'une chose présente, l'Âme conçoit la chose avec la même nécessité et est affectée de la même certitude ; et que l'idée ait pour objet une chose future ou passée, ou une chose présente, elle n'en sera pas moins également vraie (Prop. 41, p. II) ; c'est-à-dire (Def.4, p.II) qu'elle n'en aura pas moins toujours les mêmes propriétés de l'idée adéquate ; et ainsi, en tant que l'Âme conçoit les choses sous le commandement de la Raison, elle est affectée de la même manière, que l'idée soit celle d'une chose future ou passée, ou celle d'une chose présente. C.Q.F.D.

4, prop 62, demo  - Quicquid mens ducente ratione concipit, id omne sub eadem aeternitatis seu necessitatis specie concipit (per corollarium II propositionis 44 partis II) eademque certitudine afficitur (per propositionem 43 partis II et ejus scholium). Quare sive idea sit rei futurae vel praeteritae sive praesentis, mens eadem necessitate rem concipit eademque certitudine afficitur et sive idea sit rei futurae vel praeteritae sive praesentis, erit nihilominus aeque vera (per propositionem 41 partis II) hoc est (per definitionem 4 partis II) habebit nihilominus semper easdem ideae adaequatae proprietates atque adeo quatenus mens ex rationis dictamine res concipit, eodem modo afficitur sive idea sit rei futurae vel praeteritae sive praesentis. Q.E.D.

4, prop 62, demo  - Whatsoever the mind conceives under the guidance of reason, it conceives under the form of eternity or necessity (II. xliv. Coroll. ii.), and is therefore affected with the same certitude (II. xliii. and note). Wherefore, whether the thing be present, past, or future, the mind conceives it under the same necessity and is affected with the same certitude; and whether the idea be of something, present, past, or future, it will in all cases be equally true (II. xli.); that is, it will always possess the same properties of an adequate idea (II. Def. iv.); therefore, in so far as the mind conceives things under the dictates of reason, it is affected in the same manner, whether the idea be of a thing future, past, or present. Q.E.D. (Elwes - en)

4, prop 62, demo  - Alles, was der Geist unter der Leitung der Vernunft begreift, begreift er unter demselben Gesichtspunkt der Ewigkeit oder Notwendigkeit (nach Zusatz II zu Lehrsatz 44, Teil 2), und er wird dabei von derselben Gewißheit erregt (nach Lehrsatz 43, Teil 2, und seiner Anmerkung). Mag daher die Idee die eines zukünftigen, vergangenen oder gegenwärtigen Dinges sein, so begreift der Geist das Ding mit derselben Notwendigkeit und wird von derselben Gewißheit erregt, und die Idee wird, mag sie die eines zukünftigen, vergangenen oder gegenwärtigen Dinges sein, dennoch gleich wahr sein (nach Lehrsatz 41, Teil 2), d.h. (nach Definition 4, Teil 2), sie wird dennoch immer dieselben Eigenschaften einer adäquaten Idee haben. Mithin wird der Geist, sofern er die Dinge nach dem Gebot der Vernunft begreift, auf dieselbeWeise erregt, ob die Idee die eines zukünftigen, vergangenen oder gegenwärtigen Dinges ist. - W.z.b.w. (Stern - de)

4, prop 62, demo  - Qualsiasi cosa la Mente concepisca sotto la guida della Ragione, essa la concepisce sotto il medesimo aspetto di eternità, ossia di necessità, che è peculiare di ogni cosa, e della cosa considerata e di tale aspetto essa ha la medesima certezza. Ragion per cui, che l'idea riguardi sia una cosa futura o passata, sia una cosa presente, la Mente concepisce quella cosa con la medesima necessità e ne ha la medesima certezza; e l'idea poi, sia essa di una cosa futura o passata o di una cosa presente, sarà nondimeno egualmente vera, cioè avrà sempre indipendentemente dal tempo in cui la cosa si colloca le stesse proprietà di un'idea adeguata: e quindi la Mente, in quanto concepisce le cose secondo il dettame della Ragione, ne risente nello stesso modo sia che l'idea formata riguardi una cosa futura o passata, sia che riguardi una cosa presente. (P. II, Def. 4; Prop. 41; Prop. 43 e suo Chiarim.; Conseg. 2a d. Prop. 44). (Peri - it)

4, prop 62, demo  - Wat ook de Geest onder leiding der Rede beschouwt, beschouwt hij onder éénzelfde gezichtspunt van eeuwigheid of noodwendigheid (vlg. Gevolg II St. XLIV D. II), terwijl hij daarbij dezelfde zekerheid gevoelt (vlg. St. XLIII en Opmerking D. II). Zoodat de Geest, onverschillig of zijn voorstelling een toekomstige, verleden of tegenwoordige zaak betreft, haar toch met dezelfde noodwendigheid begrijpt en daarbij dezelfde zekerheid gevoelt. En deze voorstelling zal, onverschillig of zij een toekomstige, verleden of tegenwoordige zaak betreft, niettemin altijd even waar zijn (vlg. St. XLI D. II), d.w.z. (vlg. Definitie IV D. II) altijd dezelfde kenmerken van een adaequate voorstelling hebben. Derhalve zal de Geest, voorzoover hij de dingen opvat volgens voorschrift der Rede, gelijkelijk er door worden aangedaan, onverschillig of zijn voorstelling een toekomstige, een verleden, of een tegenwoordige zaak betreft. H.t.b.w. (Suchtelen - nl)

4, prop 62, demo  - Todo cuanto el alma concibe teniendo a la razón por guía, lo concibe bajo la misma perspectiva de eternidad, o sea, de necesidad (por el Corolario 2 de la Proposición 44 de la Parte II), siendo afectada por todo ello con la misma certeza (por la Proposición 43 de la Parte II, y su Escolio). Por lo cual, el alma concibe una cosa con la misma necesidad, y es afectada por igual certidumbre, ya se trate de la idea de una cosa futura, pretérita o presente; y esa idea, lo sea de una cosa futura, pretérita o presente, será en cualquier caso igualmente verdadera (por la Proposición 41 de la Parte II), esto es (por la Definición 4 de la Parte II), tendrá en cualquier caso las mismas propiedades de la idea adecuada. Y así, en la medida en que el alma concibe las cosas según el dictamen de la razón, es afectada del mismo modo por la idea de una cosa futura, pretérita o presente. Q.E.D. (Peña - es)

4, prop 62, demo  - Tout ce que, conduit par la Raison, l’Esprit conçoit, il le conçoit entièrement sous la même espèce d’éternité ou nécessité (par le Corollaire 2 de la Proposition 44, Partie II) et il est affecté par là de la même certitude (par la Proposition 43, Partie II, avec son Scolie). Aussi, que l’idée sot celle d’une chose future ou passée, ou qu’elle soit celle d’une chose présente, l’Esprit conçoit l’objet avec la même nécessité, et il est affecté de la même certitude ; et, soit que l’idée se rapporte à une chose future ou passée, soit qu’elle se rapporte à une chose présente, elle est en tout cas également vraie (par la Proposition 41, Partie II), c’est-à-dire (par la Définition 4, Partie II) qu’elle aura toujours, en tout cas, les mêmes propriétés de l’idée adéquate. C’est pourquoi, en tant que l’Esprit conçoit les choses sous le commandement de la Raison, il est affecté de la même façon par l’idée d’une chose future ou passée et par l’idée d’une chose présente. C.Q.F.D. (Misrahi - fr)

2, prop 44, cor 2 - Il est de la nature de la Raison de percevoir les choses comme possédant une certaine sorte d'éternité.

2, prop 43 - Qui a une idée vraie sait en même temps qu'il a une idée vraie et ne peut douter de la vérité de sa connaissance.

2, prop 43, sc  - J'ai expliqué, dans le scolie de la Proposition 21, ce qu'est l'idée de l'idée ; mais il faut observer que la Proposition précédente est assez évidente par elle-même. Car nul, ayant une idée vraie, n'ignore que l'idée vraie enveloppe la plus haute certitude ; avoir une idée vraie, en effet, ne signifie rien, sinon connaître une chose parfaitement ou le mieux possible ; et certes personne ne peut en douter, à moins de croire que l'idée est quelque chose de muet comme une peinture sur un panneau et non un mode de penser, savoir l'acte même de connaître et, je le demande, qui peut savoir qu'il connaît une chose, s'il ne connaît auparavant la chose ? c'est-à-dire qui peut savoir qu'il est certain d'une chose, s'il n'est auparavant certain de cette chose ? D'autre part, que peut-il y avoir de plus clair et de plus certain que l'idée vraie, qui soit norme de vérité ? Certes, comme la lumière se fait connaître elle-même et fait connaître les ténèbres, la vérité est norme d'elle-même et du faux. Par là je crois avoir répondu aux questions suivantes, savoir : si une idée vraie, en tant qu'elle est dite seulement s'accorder avec ce dont elle est l'idée, se distingue d'une fausse ; une idée vraie ne contient donc aucune réalité ou perfection de plus qu'une fausse (puisqu'elles se distinguent seulement par une dénomination extrinsèque), et conséquemment un homme qui a des idées vraies ne l'emporte en rien sur celui qui en a seulement de fausses ? Puis d'où vient que les hommes ont des idées fausses ? Et, enfin, d'où quelqu'un peut-il savoir avec certitude qu'il a des idées qui conviennent avec leurs objets ? A ces questions, dis-je, je pense avoir déjà répondu. Quant à la différence, en effet, qui est entre l'idée vraie et la fausse, il est établi par la Proposition 35 qu'il y a entre elles deux la même relation qu'entre l'être et le non être. Je montre, d'autre part, très clairement les causes de la fausseté depuis la Proposition 19 jusqu'à la Proposition 35 avec son Scolie. Par là apparaît aussi quelle différence est entre un homme qui a des idées vraies et un homme qui n'en a que de fausses. Quant à la dernière question enfin : d'où un homme peut savoir qu'il a une idée qui convient avec son objet, je viens de montrer suffisamment et surabondamment que cela provient uniquement de ce qu'il a une idée qui convient avec son objet, c'est-à-dire de ce que la vérité est norme d'elle-même. Ajoutez que notre Âme, en tant qu'elle perçoit les choses vraiment, est une partie de l'entendement infini de Dieu (Coroll. de la Prop. 11) et qu'il est donc aussi nécessaire que les idées claires et distinctes de l'Âme soient vraies, que cela est nécessaire des idées de Dieu.

2, prop 41 - La connaissance du premier genre est l'unique cause de la fausseté ; celle du deuxième et du troisième est nécessairement vraie.

2, def 4 - J'entends par idée adéquate une idée qui, en tant qu'on la considère en elle-même, sans relation à l'objet, a toutes les propriétés ou dénominations intrinsèques d'une idée vraie.

scholium par 2, prop 31  |  4, prop 16

Latin | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Misrahi - fr

4, prop 62, sc  - Si nous pouvions avoir une connaissance adéquate de la durée des choses, et déterminer par la Raison leurs temps d'existence, nous considérerions les choses futures et les présentes affectés du même sentiment et le bien que l'Âme concevrait comme futur, elle l'appéterait comme un bien présent ; par suite, elle négligerait nécessairement un bien présent moindre pour un bien futur plus grand, et elle appéterait fort peu une chose qui serait bonne dans le présent, mais cause d'un mal futur, comme nous le démontrerons bientôt. Mais nous ne pouvons avoir de la durée des choses (Prop. 31, p. II) qu'une connaissance extrêmement inadéquate, et nous déterminons (Scolie de la Prop. 44, p. II) le temps d'existence des choses par l'imagination seule qui n'est pas également affectée par l'image d'une chose présente et d'une future. De là vient que la connaissance vraie du bien et du mal que nous avons, n'est rien qu'abstraite ou générale et que le jugement porté par nous sur l'ordre des choses et la liaison des causes, pour nous permettre de déterminer ce qui dans le présent est bon ou mauvais pour nous, est fondé plutôt sur l'imagination que sur la réalité. Il n'y a donc pas à s'étonner que le Désir né de cette connaissance du bien et du mal relative au futur puisse être réduit assez facilement par le Désir des choses présentement agréables (voir à ce sujet la Prop. 16).

4, prop 62, sc  - Si nos de rerum duratione adaequatam cognitionem habere earumque existendi tempora ratione determinare possemus, eodem affectu res futuras ac praesentes contemplaremur et bonum quod mens ut futurum conciperet, perinde ac praesens appeteret et consequenter bonum praesens minus pro majore bono futuro necessario negligeret et quod in praesenti bonum esset sed causa futuri alicujus mali, minime appeteret, ut mox demonstrabimus. Sed nos de duratione rerum (per propositionem 31 partis II) non nisi admodum inadaequatam cognitionem habere possumus et rerum existendi tempora (per scholium propositionis 44 partis II) sola imaginatione determinamus quae non aeque afficitur imagine rei praesentis ac futurae; unde fit ut vera boni et mali cognitio quam habemus non nisi abstracta sive universalis sit et judicium quod de rerum ordine et causarum nexu facimus ut determinare possimus quid nobis in praesenti bonum aut malum sit, sit potius imaginarium quam reale atque adeo mirum non est si cupiditas quae ex boni et mali cognitione quatenus haec futurum prospicit, oritur, facilius rerum cupiditate quae in praesentia suaves sunt, coerceri potest, de quo vide propositionem 16 hujus partis.

4, prop 62, sc  - If we could possess an adequate knowledge of the duration of things, and could determine by reason their periods of existence, we should contemplate things future with the same emotion as things present; and the mind would desire as though it were present the good which it conceived as future; consequently it would necessarily neglect a lesser good in the present for the sake of a greater good in the future, and would in no wise desire that which is good in the present but a source of evil in the future, as we shall presently show. However, we can have but a very inadequate knowledge of the duration of things (II. xxxi.); and the periods of their existence (II. xliv. note) we can only determine by imagination, which is not so powerfully affected by the future as by the present. Hence such true knowledge of good and evil as we possess is merely abstract or general, and the judgment which we pass on the order of things and the connection of causes, with a view to determining what is good or bad for us in the present, is rather imaginary than real. Therefore it is nothing wonderful, if the desire arising from such knowledge of good and evil, in so far as it looks on into the future, be more readily checked than the desire of things which are agreeable at the present time. (Cf. IV. xvi.) (Elwes - en)

4, prop 62, sc  - Wenn wir von der Dauer der Dinge eine adäquate Erkenntnis haben und die Zeit ihrer Existenz durch die Vernunft bestimmen könnten, so würden wir die zukünftigen Dinge mit demselben Affekt betrachten wie die gegenwärtigen, der Geist würde das Gute, welches er als zukünftig begreift, ebenso wie ein gegenwärtiges erstreben; und folglich würde er notwendig auf ein geringeres gegenwärtiges Gut um eines größeren zukünftigen Guts willen verzichten und etwas, das in der Gegenwart gut, aber die Ursache irgendeines zukünftigen Übels ist, keineswegs erstreben, wie ich bald beweisen werde. Allein wir können von der Dauer der Dinge (nach Lehrsatz 3l, Teil 2) nur eine sehr inadäquate Erkenntnis haben und bestimmen die Existenz der Dinge (nach Anmerkung zu Lehrsatz 44, Teil 2) durch die bloße Zeitenvorstellung, welche von dem Bild eines gegenwärtigen und dem eines zukünftigen Dinges nicht gleicherweise erregt wird. Daher kommt es, daß die wahre Erkenntnis des Guten und Schlechten, die wir haben, nur eine abstrakte oder universale ist und daß das Urteil, das wir über die Ordnung und den ursächlichen Zusammenhang der Dinge bilden, um bestimmen zu können, was in der Gegenwart gut oder schlecht für uns sei, mehr ein imaginäres als ein sachgemäßes ist. Darum ist es auch keinWunder, wenn die Begierde, die aus der Erkenntnis des Guten und Schlechten, sofern sie Zukünftiges betrifft, entspringt, sehr leicht durch die Begierde zu Dingen eingeschränkt werden kann, die in der Gegenwart angenehm sind. Hierüber sehe man den 16. Lehrsatz dieses Teils. (Stern - de)

4, prop 62, sc  - Se potessimo avere una cognizione adeguata della durata delle cose e determinare con la ragione i tempi in cui esse si verificheranno, noi considereremmo col medesimo sentimento le cose future come le presenti: la Mente appetirebbe un bene che essa concepisce come futuro esattamente come se quel bene fosse presente; e, di conseguenza, mirando ad un bene futuro maggiore essa negligerebbe un bene presente minore, e non appetirebbe affatto una cosa presentemente buona ma che fosse causa di un male futuro: come fra poco dimostreremo. Ma della durata delle cose noi non possiamo avere che una conoscenza parecchio inadeguata, e determiniamo i tempi di esistenza delle cose stesse con la sola immaginazione, che risente in maniera diversa dell'immagine di una cosa presente e dell'immagine di una cosa futura; e da questo risulta che la conoscenza vera che noi abbiamo del bene e del male non è che astratta o universale, e che il giudizio che noi diamo sull'ordine delle cose e sul collegamento delle cause per poter determinare quale cosa al presente sia per noi buona o cattiva è immaginario piuttosto che realistico: e perciò non c'è da stupirsi se la Cupidità che sorge da una conoscenza del bene e del male concernente il futuro può abbastanza facilmente essere ostacolata dalla Cupidità di cose che appaiono gradevoli al presente, come è esposto nella Prop. 16 di questa Parte. (P. II, Prop. 31; Chiarim. d. Prop. 44). (Peri - it)

4, prop 62, sc  - Indien wij van den duur der dingen een adaequate kennis konden hebben en door de Rede den tijd van hun bestaan konden bepalen, zouden wij toekomst en heden met dezelfde aandoening beschouwen en zou de Geest het goede, dat hij als toekomstig opvat, evenals iets tegenwoordigs begeeren. Bijgevolg zou hij ook noodzakelijk een geringer tegenwoordig goed terwille van een grooter toekomstig opofferen en iets wat op het oogenblik goed is, doch oorzaak van een of ander toekomstig kwaad allerminst begeeren; gelijk wij dadelijk zullen aantoonen. Wij kunnen evenwel omtrent den duur der dingen (vlg. St. XXXI D. II) slechts een uitermate inadaequate kennis hebben en bepalen (vlg. Opmerking St. XLIV D. II) den tijd van hun bestaan uitsluitend door de verbeelding, welke geenszins gelijkelijk door de voorstelling van een tegenwoordige en van een toekomstige zaak wordt aangedaan. Vandaar dat de ware kennis van goed en kwaad, welke wij hebben, slechts afgetrokken, of algemeen is en dat het oordeel, dat wij ons vormen, omtrent orde en oorzakelijk verband der dingen, ten einde te kunnen uitmaken wat op een gegeven oogenblik goed of kwaad voor ons is, meer op verbeelding dan op werkelijkheid berust. Het is daarom dan ook geen wonder dat de Begeerte, welke uit de kennis van goed en kwaad voortspruit voorzoover deze op de toekomst slaat, zeer licht door de Begeerte naar dingen, welke op het oogenblik aangenaam zijn, kan worden overwonnen. (Men zie hierover St. XVI v.d. D.) (Suchtelen - nl)

4, prop 62, sc  - Si pudiéramos tener un adecuado conocimiento de la duración de las cosas, y pudiéramos determinar racionalmente los tiempos de su existencia, entonces experimentaríamos un mismo afecto ame las cosas futuras y ante las presentes, y apeteceríamos como si fuera presente un bien que el alma concibiese como futuro, y, por consiguiente, daríamos de lado necesariamente a un bien presente menor, en favor de un bien futuro mayor, y no apeteceríamos un bien presente que fuera causa de un mal futuro, como demostraremos pronto. Pero acerca de la duración de las cosas no podemos tener más que un conocimiento muy inadecuado (por la Proposición 31 de la Parte II), y determinamos los tiempos de existencia de las cosas (por el Escolio de la Proposición 44 de la parte II) solamente con la imaginación, la cual no es igualmente afectada por la imagen de una cosa presente que por la de una futura. De ahí deriva que el conocimiento verdadero que tenemos del bien y del mal no sea sino abstracto y universal, y que el juicio que nos formamos acerca del orden de las cosas y el nexo de las causas, en orden a determinar qué es malo o bueno, en el presente, para nosotros, sea más bien imaginario que real. Y así, no es de extrañar que el deseo que brota del conocimiento del bien y el mal, en lo que respecta al futuro, pueda ser reprimido muy fácilmente por el deseo de cosas que son actualmente agradables; acerca de ello, ver la Proposición 16 de esta Parte. (Peña - es)

4, prop 62, sc  - Si nous pouvions avoir une connaissance adéquate de la durée des choses et déterminer leur temps d’existence, nous considérerions les choses futures et les choses présentes en étant affectés de la même façon et l’Esprit poursuivrait comme un bien présent le bien qu’il concevrait comme futur. Par conséquent, il négligerait nécessairement un bien présent moindre pour un bien futur plus grand, et il désirerait fort peu un bien actuel qui serait en même temps la cause d’un mal futur, comme nous le démontrerons bientôt. Mais (par la Proposition 31, Partie II) nous ne pouvons avoir de la durée des choses qu’une connaissance extrêmement inadéquate, et (par le Scolie de la Proposition 44, Partie II) nous ne déterminons le temps d’existence des choses que par l’imagination, qui n’est pas affectée de la même façon par l’image d’une chose présente et par celle d’une chose future. C’est pourquoi notre connaissance vraie du bien et du mal n’est qu’abstraite ou générale, et le jugement que nous portons sur l’ordre des choses et la liaison des causes, afin de pouvoir déterminer ce qui dans le présent est bon ou mauvais pour nous, est plus imaginaire que réel. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner que le Désir issu de cette connaissance du bien et du mal, en tant qu’elle concerne l’avenir, puisse être très facilement réprimé par le Désir des choses actuellement agréables ; à ce propos, on verra la Proposition 16 de cette Partie. (Misrahi - fr)

2, prop 31 - Nous ne pouvons avoir de la durée des choses singulières qui sont hors de nous qu'une connaissance extrêmement inadéquate.

4, prop 16 - Le Désir qui naît de la connaissance du bon et du mauvais, en tant qu'elle est relative à l'avenir, peut plus aisément être réduit ou éteint par le Désir des choses qui sont présentement agréables.

utilisé(e) par : 4, prop 66, demo 

0.0128