EthicaDB •   Publication hypertextuelle et multi-versions de l'Ethique de Spinoza

propositio 60

Pars 4, prop 60
Latin | Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Pautrat - fr  |  haut ^

Un Désir, né d’une Joie ou d’une Tristesse qui se rapporte à une ou à plusieurs mais non pas à toutes les parties du Corps, ne tient pas compte de l’utilité de l’homme total.

Cupiditas quae oritur ex laetitia vel tristitia quae ad unam vel ad aliquot, non autem ad omnes corporis partes refertur, rationem utilitatis totius hominis non habet.

Cupiditas quae oritur ex laetitia vel tristitia quae ad unam vel ad aliquot, non autem ad omnes corporis partes refertur, rationem utilitatis totius hominis non habet.

Un Désir, tirant son origine d'une Joie ou d'une Tristesse qui se rapporte à une seule des parties du Corps, ou à quelques-unes, mais non à toutes, n'a point égard à l'utilité de l'homme entier. (Appuhn - fr)

Desire arising from a pleasure or pain, that is not attributable to the whole body, but only to one or certain parts thereof, is without utility in respect to a man as a whole. (Elwes - en)

Die Begierde, welche aus einer Lust oder Unlust entspringt, die sich auf einen oder einige, nicht aber auf alle Teile des Körpers bezieht, hat keine nützliche Beziehung für den ganzen Menschen. (Stern - de)

La Cupidità che sorge da una Letizia o da una Tristezza che si riferisce ad una parte o ad alcune parti del Corpo, ma non al Corpo tutt' intero, non ha di mira 1' utilità di tutto 1' Uomo. (Peri - it)

De Begeerte, ontspringend uit Blijheid of Droefheid, welke betrekking hebben op een of ander deel en niet op alle deelen des Lichaams, houdt geen rekening met het belang van den mensch in zijn geheel. (Suchtelen - nl)

El deseo que nace de una alegría o tristeza que se refiere a una sola parte del cuerpo, o a varias, pero no a todas, no tiene en cuenta la utilidad del hombre entero. (Peña - es)

Un désir naissant d’une joie ou d’une tristesse qui se rapporte à une ou à quelques parties du corps, et non à toutes, ne tient pas compte de l’utilité de l’homme tout entier. (Pautrat - fr)

demonstratio par 4, prop 6  |  3, prop 6  |  3, prop 7  |  3, prop 12

Latin | Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es

4, prop 60, demo  - Supposons, par exemple, qu’une partie A du Corps soit, par une cause extérieure, renforcée au point de prévaloir sur les autres (par la Proposition 6). Cette partie ne s’efforcera pas pour autant de perdre ses forces afin que les autres parties du Corps s’acquittent de leurs fonctions, elle devrait avoir en effet la force ou la puissance de perdre ses forces, ce qui (par la Proposition 6, Partie III) est absurde. Cette partie, et par conséquent l’Esprit, s’efforcera donc (par les Proposition 7 et 12, Partie III) de conserver cet état, c’est pourquoi le Désir issu d’un tel affect de Joie ne tient pas compte du tout. Si l’on suppose au contraire une partie A réprimée au point que les autres parties l’emportent sur elles, on démontre de la même façon que le Désir issu de la Tristesse ne tient pas compte de la totalité. C.Q.F.D.

4, prop 60, demo  - Ponatur exempli gratia corporis pars A vi alicujus causae externae ita corroborari ut reliquis praevaleat (per propositionem 6 hujus); haec pars vires suas amittere propterea non conabitur ut reliquae corporis partes suo fungantur officio. Deberet enim vim seu potentiam habere vires suas amittendi, quod (per propositionem 6 partis III) est absurdum. Conabitur itaque illa pars et consequenter (per propositiones 7 et 12 partis III) mens etiam illum statum conservare adeoque cupiditas quae ex tali affectu laetitiae oritur, rationem totius non habet. Quod si contra supponatur pars A coerceri ut reliquae praevaleant, eodem modo demonstratur quod nec cupiditas quae ex tristitia oritur, rationem totius habeat. Q.E.D.

4, prop 60, demo  - Supposons, par exemple, qu'une partie A du Corps soit, par la force d'une cause extérieure, rendue plus forte à ce point qu'elle l'emporte sur les autres (Prop. 6). Cette partie ne s'efforcera point pour cela de perdre ses forces pour que les autres parties du Corps s'acquittent de leur office ; elle devrait en effet avoir la force ou la puissance de perdre ses forces, ce qui est absurde (Prop. 6, p. III). Cette partie s'efforcera donc, et conséquemment l'Âme aussi (Prop. 7 et 12, p. III) s'efforcera, de conserver cet état ; et par suite le Désir qui naît d'une telle affection de Joie, n'a pas égard au tout. Que si, au contraire, on suppose une partie A réduite de façon que les autres l'emportent sur elle, on démontre de la même manière que le Désir né de la Tristesse n'a pas non plus égard au tout. C.Q.F.D. (Appuhn - fr)

4, prop 60, demo  - Let it be assumed, for instance, that A, a part of a body, is so strengthened by some external cause, that it prevails over the remaining parts (IV. vi.). This part will not endeavour to do away with its own powers, in order that the other parts of the body may perform its office; for this it would be necessary for it to have a force or power of doing away with its own powers, which (III. vi.) is absurd. The said part, and, consequently, the mind also, will endeavour to preserve its condition. Wherefore desire arising from a pleasure of the kind aforesaid has no utility in reference to a man as a whole. If it be assumed, on the other hand, that the part, A, be checked so that the remaining parts prevail, it may be proved in the same manner that desire arising from pain has no utility in respect to a man as a whole. Q.E.D.
(Elwes - en)

4, prop 60, demo  - Gesetzt z.B., der Körperteil A werde durch die Kraft irgendeiner äußeren Ursache so gestärkt, daß er den andern überlegen ist (nach Lehrsatz 6 dieses Teils), so wird dieser Teil seine Kräfte nicht deshalb zu verlieren streben, damit die andern Körperteile ihre Funktion verrichten können; denn er müßte alsdann eine Kraft oder ein vermögen haben, seine Kräfte zu verlieren, was (nach Lehrsatz 6, Teil 3) widersinnig ist. Dieser Teil und folglich auch (nach den Lehrsätzen 7 und 12, Teil 3) der Geist wird daher streben, diesen Zustand zu erhalten. Die Begierde also, welche aus einem solchen Lustaffekt entspringt, hat keine Beziehung zum Ganzen. Wird umgekehrt gesetzt, der Teil A werde so gehemmt, daß die andern ihm überlegen sind, so wird auf dieselbeWeise bewiesen, daß auch die Begierde, welche aus Unlust entspringt, keine Beziehung zum Ganzen hat. -W.z.b.w. (Stern - de)

4, prop 60, demo  - Poniamo p. es. che una parte, A, di un Corpo, sia così rafforzata dall'azione di una qualche causa esterna da prevalere sulle altre parti. Questa parte non si sforzerà per perdere le sue nuove forze al fine di render possibile alle altre parti di adempiere le loro funzioni: perché ciò comporterebbe che essa avesse la capacità o la potenza di disfarsi delle sue forze, cosa che sappiamo assurda. La parte considerata si sforzerà dunque, e altrettanto farà la Mente, di conservare lo status quo; e quindi la Cupidità, che sorga da un tale sentimento di Letizia concernente la predetta esaltazione parziale, non si riferirà a tutto 1' Uomo, o, meglio, all'intero umano considerato. Se poi al contrario si supponga la parte A coartata, così che siano le altre parti a prevalere, si dimostra nello stesso modo che nemmeno la Cupidità che nasce dalla Tristezza concernente la parziale costrizione predetta si riferisce all'intero umano. (P. III, Prop. 6, 7, 12; P. IV, Prop. 6). (Peri - it)

4, prop 60, demo  - Gesteld bijvoorbeeld, dat een deel A des Lichaams door toedoen van een of andere uitwendige oorzaak dermate versterkt wordt, dat het krachtiger is dan de andere deelen (vlg. St. VI v.d. D.). Dit deel zal dan allerminst er naar streven zijn eigen kracht te verliezen om de overige deelen des Lichaams hun funktie beter te laten verrichten; immers daartoe zou het de kracht of het vermogen moeten bezitten om zijn eigen kracht te verliezen, hetgeen (vlg. St. VI D. III) ongerijmd is. Dit deel en (vlg. St. VII en XII D. III) bijgevolg ook de Geest, zal er dus naar streven dien toestand te handhaven, en derhalve zal de Begeerte, welke uit een zoodanige aandoening van Blijheid ontspruit, geen rekening houden met het geheel. Wordt daarentegen aangenomen dat dit deel A belemmerd wordt, zoodat de andere deelen krachtiger zijn, dan kan op dezelfde wijze worden bewezen dat de Begeerte, welke uit deze Droefheid voortkomt, evenmin rekening houdt met het geheel. H.t.b.w. (Suchtelen - nl)

4, prop 60, demo  - Pongamos, por ejemplo, que la parte A del cuerpo es robustecida, por la fuerza de una causa exterior, hasta el punto de que prevalezca sobre las demás (por la Proposición 6 de esta Parte). Dicha parte no se esforzará, por ello, en perder sus fuerzas, a fin de que las demás partes del cuerpo lleven a cabo su función; pues para eso, debería tener la potencia o fuerza de perder sus fuerzas, lo que es absurdo (por la Proposición 6 de la Parte III). Esa parte, pues, y, consiguientemente, también el alma (por las Proposiciones 7 y 12 de la Parte III), se esforzarán por conservar ese estado; y, de esta suerte, el deseo que surge de un tal afecto de alegría no tiene en cuenta el todo. Si, al contrario, se supone que una parte A es reprimida de manera que sean las demás las que prevalezcan sobre ella, se demuestra del mismo modo que tampoco el deseo que nace de una tristeza tiene en cuenta el todo. Q.E.D. (Peña - es)

4, prop 6 - La force d’une passion, ou affect, peut surpasser les autres actions d’un homme, ou sa puissance, au point que l’affect se fixe en lui d’une façon tenace.

3, prop 6 - Chaque chose, autant qu'il est en elle, s'efforce de persévérer dans son être.

3, prop 7 - L'effort par lequel chaque chose s'efforce de persévérer dans son être n'est rien en dehors de l'essence actuelle de cette chose.

3, prop 12 - L'Esprit, autant qu'il le peut, s'efforce d'imaginer ce qui accroît ou ce qui seconde la puissance d'agir du Corps.

scholium par 4, prop 44, sc   |  4, prop 9, cor 

Latin | Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es     infra (1)

4, prop 60, sc  - Puisque, la plupart du temps, la Joie se rapporte à une seule partie du Corps (par le Scolie de la Proposition 44), nous désirons le plus souvent conserver notre être sans tenir le moindre compte de l’intégrité de notre santé. À cela s’ajoute le fait que les Désirs par lesquels nous sommes le plus tenus (par le Corollaire de la Proposition 9) concernent le seul présent, et non pas le futur.

4, prop 60, sc  - Cum itaque laetitia plerumque (per scholium propositionis 44 hujus) ad unam corporis partem referatur, cupimus ergo plerumque nostrum esse conservare nulla habita ratione integrae nostrae valetudinis : ad quod accedit quod cupiditates quibus maxime tenemur (per corollarium propositionis 9 hujus) temporis tantum praesentis, non autem futuri habent rationem.

4, prop 60, sc  - Puis donc que le plus souvent (Scolie de la Prop. 44) la Joie se rapporte à une seule partie du Corps, nous désirons le plus souvent conserver notre être sans avoir le moindre égard à la santé du Corps entier ; à quoi s'ajoute que les Désirs qui nous tiennent le plus (Coroll. de la Prop. 9), ont égard au temps présent seulement, non au futur. (Appuhn - fr)

4, prop 60, sc  - As pleasure is generally (IV. xliv. note) attributed to one part of the body, we generally desire to preserve our being without taking into consideration our health as a whole: to which it may be added, that the desires which have most hold over us (IV. ix.) take account of the present and not of the future. (Elwes - en)

4, prop 60, sc  - Da sich nun die Lust meistenteils (nach Anmerkung zu Lehrsatz 44 dieses Teils) auf Einen Körperteil bezieht, so erstreckt sich folglich meistenteils das Bestreben, unser Sein zu erhalten, nicht auf unser gesamtesWohlbefinden. Hierzu kommt noch, daß die Begierden, von denen wir vorzugsweise erfaßt werden (nach Zusatz zu Lehrsatz 9 dieses Teils), nur zur gegenwärtigen Zeit, nicht aber zur zukünftigen Beziehung haben. (Stern - de)

4, prop 60, sc  - Dato che perlopiù una Letizia che noi proviamo si riferisce ad una sola parte del Corpo, noi perlopiù desideriamo dunque conservare il nostro essere senza tener conto della nostra salute generale; a ciò s'aggiunge che le Cupidità dalle quali siamo più dominati hanno relazione solo col tempo presente, non col futuro. (P. IV, Conseg. d. Prop. 9; Chiarim. d. Prop. 44). (Peri - it)

4, prop 60, sc  - Waar nu Blijheid meestal (vlg. Opmerking St. XLIV v.d. D.) slechts betrekking heeft op één deel des Lichaams, begeeren wij dus meestal ons wezen in stand te houden zonder daarbij rekening te houden met onze gezondheid in het algemeen. Waar nog bijkomt dat de Begeerten, welke ons het meest vervullen (vlg. Gevolg St. IX v.d. D.) slechts rekening houden met het oogenblik, doch niet met de toekomst. (Suchtelen - nl)

4, prop 60, sc  - Puesto que la alegría, generalmente (por el Escolio de la Proposición 44 de esta Parte), se refiere a una sola parte del cuerpo, deseamos en consecuencia, generalmente, conservar nuestro ser sin tener para nada en cuenta nuestra salud íntegra; a ello se añade que los deseos a que estamos más sujetos (por el Corolario de la Proposición 9 de esta Parte) tienen en cuenta sólo el tiempo presente, pero no el futuro. (Peña - es)

utilisé(e) par : 4, app, cap 30

4, prop 44, sc  - La Gaieté dont j’ai dit qu’elle est bonne se conçoit plus facilement qu’elle ne s’observe. Car les affects qui nous tourmentent quotidiennement se rapportent la plupart du temps à quelque partie du Corps affectée plus que les autres. Les affects ont ainsi pour la plupart de l’excès et fixent tellement l’Esprit dans la considération d’un seul objet qu’il ne peut plus penser à rien d’autre ; et bien que les hommes soient soumis à de nombreux affects, et qu’on ne trouve que fort rarement un individu qui soit tourmenté toujours par un seul et même affect, ils ne manquent pas, cependant, ceux chez qui un seul et même affect se fixe d’une façon tenace. Nous constatons en effet que les hommes sont parfois affectés par un objet d’une manière telle que malgré son absence ils croient l’avoir devant eux ; et quand il s’agit d’un homme qui ne dort pas, on dit qu’il délire ou qu’il est insensé. On ne les croit pas moins insensés, parce qu’ils provoquent habituellement le rire, ceux qui brûlent d’Amour et ne rêvent nuit et jour que de la femme aimée ou d’une courtisane. Mais de l’avare qui ne pense à rien d’autre qu’au gain et à l’argent, ou de l’ambitieux uniquement occupé de gloire, on ne croit pas qu’ils délirent, parce qu’ils lèsent ordinairement autrui et qu’on estime qu’ils méritent la Haine. Mais en réalité l’Avarice, l’Ambition, la Luxure sont des espèces de délire, bien qu’on ne les compte pas parmi les états pathologiques.

4, prop 9, cor  - L’image d’une chose future ou passée, c’est-à-dire d’un objet que nous considérons avec une relation au futur ou au passé, à l’exclusion du présent, est plus faible, toutes choses égales par ailleurs, que l’image d’un objet présent. Par conséquent un affect pour un objet futur ou passé sera, toutes choses égales d’ailleurs, moins intense qu’un affect pour un objet présent.

0.012