EthicaDB •   Publication hypertextuelle et multi-versions de l'Ethique de Spinoza

propositio 31

Pars 2, prop 31
Latin | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Misrahi - fr     infra (2)  |  haut ^

Nous ne pouvons avoir de la durée des choses singulières qui sont hors de nous qu'une connaissance extrêmement inadéquate.

Nos de duratione rerum singularium quae extra nos sunt, nullam nisi admodum inadaequatam cognitionem habere possumus.

Nos de duratione rerum singularium quae extra nos sunt, nullam nisi admodum inadaequatam cognitionem habere possumus.

We can only have a very inadequate knowledge of the duration of particular things external to ourselves. (Elwes - en)

Wir können von der Dauer der Einzeldinge, welche außer uns sind, keine andere als eine höchst inadäquate Erkenntnis haben. (Stern - de)

Della durata delle cose singolari, che sono fuori di noi, noi non possiamo avere alcuna conoscenza che non sia molto inadeguata. (Peri - it)

Wij kunnen omtrent den duur der bijzondere dingen welke buiten ons bestaan, geen andere dan slechts uiterst inadaequate kennis bezitten. (Suchtelen - nl)

Acerca de la duración de las cosas singulares que existen fuera de nosotros no podemos tener sino un conocimiento muy inadecuado. (Peña - es)

Nous ne pouvons avoir de la durée des choses singulières qui sont en dehors de nous qu'une connaissance extrêmement inadéquate. (Misrahi - fr)

demonstratio par 1, prop 28

Latin | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Misrahi - fr

2, prop 31, demo  - Chaque chose singulière en effet, de même que le Corps humain, doit être déterminée par une autre chose singulière à exister et à produire des effets dans une condition certaine et déterminée ; cette autre à son tour l'est par une autre, et ainsi à l'infini (Prop. 28 p. I). Puis donc que nous avons démontré dans la Proposition précédente, par cette propriété commune des choses singulières, que nous n'avions de la durée de notre propre Corps qu'une connaissance extrêmement inadéquate, il faudra au sujet de la durée des choses singulières maintenir cette conclusion, à savoir que nous ne pouvons en avoir qu'une connaissance extrêmement inadéquate. C.Q.F.D.

2, prop 31, demo  - Unaquaeque enim res singularis sicuti humanum corpus ab alia re singulari determinari debet ad existendum et operandum certa ac determinata ratione et haec iterum ab alia et sic in infinitum (per propositionem 28 partis I). Cum autem ex hac communi rerum singularium proprietate in praecedenti propositione demonstraverimus nos de duratione nostri corporis non nisi admodum inadaequatam cognitionem habere, ergo hoc idem de rerum singularium duratione erit concludendum quod scilicet ejus non nisi admodum inadaequatam cognitionem habere possumus. Q.E.D.

2, prop 31, demo  - Every particular thing, like the human body, must be conditioned by another particular thing to exist and operate in a fixed and definite relation; this other particular thing must likewise be conditioned by a third, and so on to infinity. (I. xxviii.) As we have shown in the foregoing proposition, from this common property of particular things, we have only a very inadequate knowledge of the duration of our body; we must draw a similar conclusion with regard to the duration of particular things, namely, that we can only have a very inadequate knowledge of the duration thereof. Q.E.D. (Elwes - en)

2, prop 31, demo  - Denn jedwedes Einzelding, wie der menschliche Körper muß von einem andern Einzelding bestimmt werden zu existieren und auf gewisse und bestimmte Weise zu wirken, und dieses wieder von einem anderen, und so ins unendliche (nach Lehrsatz 28, Teil 1). Da wir aber im vorigen Lehrsatz aus dieser gemeinschaftlichen Eigenschaft der Einzeldinge bewiesen haben, daß wir von der Dauer unseres Körpers nur eine höchst inadäquate Erkenntnis haben, so muß das gleiche auch in bezug auf die Dauer der Einzeldinge geschlossen werden, nämlich daß wir nur eine höchst inadäquate Erkenntnis von ihr haben können. - W.z.b.w. (Stern - de)

2, prop 31, demo  - Come il Corpo umano, infatti, così ciascuna cosa singolare dev'essere determinata ad esistere e ad operare, con criteri certi e specifici, da un'altra cosa singolare, e questa da un'altra, e così in infinito (P. I, Prop. 28). Dato che nella Proposizione precedente abbiamo dimostrato che noi non possiamo avere se non una cognizione assai inadeguata della durata del nostro Corpo sulla base di questa proprietà comune delle cose, dobbiamo trarne la stessa conclusione a proposito della durata delle cose singolari in genere: cioè che di tale durata noi non possiamo avere che una cognizione molto inadeguata. (Peri - it)

2, prop 31, demo  - Immers elk bijzonder ding moet, evenals het menschelijk Lichaam (vlg. St. XXVIII D. I) door een ander bijzonder ding genoodzaakt worden tot een bepaalde wijze van bestaan en werken, en dit wederom door een ander ding en zoo tot in het oneindige. Aangezien wij echter uit deze algemeene eigenschap der bijzondere dingen in de voorgaande stelling hebben bewezen, dat wij omtrent den duur van ons eigen Lichaam slechts een zeer inadaequate kennis bezitten, moeten wij dus wel tot dezelfde gevolgtrekking komen wat den duur der bijzondere dingen betreft, nl. dat wij hieromtrent geen andere dan slechts uiterst inadaequate kennis bezitten kunnen. H.t.b.w. (Suchtelen - nl)

2, prop 31, demo  - En efecto, cada cosa singular, al igual que el cuerpo humano, debe ser determinada a existir y obrar de cierta y determinada manera por otra cosa singular, y ésta a su vez por otra, y así hasta el infinito (por la Proposición 28 de la Parte I), Ahora bien, puesto que hemos demostrado en la Proposición anterior, a partir de dicha propiedad común a las cosas singulares, que nosotros no tenemos, acerca de la duración de nuestro cuerpo, sino un conocimiento muy inadecuado, deberá seguirse, acerca de la duración de las cosas singulares, la misma conclusión, a saber: que no podemos tener de ella sino un conocimiento muy inadecuado. Q.E.D. Corolario: De aquí se sigue que todas las cosas particulares son contingentes y corruptibles, ya que acerca de su duración no podemos tener conocimiento adecuado alguno (por la Proposición anterior), y eso es lo que debemos entender por "contingencia" y posibilidad de "corrupción" de las cosas (ver Escolio 1 de la Proposición 33 de la Parte I). Pues en ningún otro sentido, aparte de éste, hay nada contingente (por la Proposición 29 de la Parte I). (Peña - es)

2, prop 31, demo  - Chaque chose singulière doit, en effet, comme le Corps humain, être déterminée par une autre chose singulière à exister et à agir selon une raison particulière et déterminée; cette autre chose est à son tour déterminée par une autre, et ainsi de suite à l'infini (par la Proposition 28 Partie I). Mais puisque, dans la Proposition précédente, nous avons démontré par cette propriété commune des choses singulières que nous n'avions qu'une connaissance fort inadéquate de la durée de notre Corps, il faut étendre à la durée des choses singulières, cette conclusion selon laquelle nous ne pouvons en avoir qu'une connaissance extrêmement inadéquate. C.Q.F.D. (Misrahi - fr)

1, prop 28 - Une chose singulière quelconque, autrement dit toute chose qui est finie et a une existence déterminée, ne peut exister et être déterminée à produire quelque effet, si elle n'est déterminée à exister et à produire cet effet par une autre cause qui est elle-même finie et a une existence déterminée ; et à son tour cette cause ne peut non plus exister et être déterminée à produire quelque effet, si elle n'est déterminée à exister et à produire cet effet par une autre qui est aussi finie et a une existence déterminée, et ainsi à l'infini.

corollarium par 1, prop 31  |  1, prop 33, sc 1  |  1, prop 29

Latin | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Misrahi - fr     infra (1)

2, prop 31, cor  - Il suit de là que toutes les choses particulières sont contingentes et corruptibles. Car nous ne pouvons avoir (Prop. préc.) de leur durée aucune connaissance adéquate, et c'est là ce qu'il nous faut entendre par la contingence des choses et la possibilité de leur corruption (voir Scolie 1 de la Prop. 33, p. I). Car, sauf cela (Prop. 29 p. I), il n'y a rien de contingent.

2, prop 31, cor  - Hinc sequitur omnes res particulares contingentes et corruptibiles esse. Nam de earum duratione nullam adaequatam cognitionem habere possumus (per propositionem praecedentem) et hoc est id quod per rerum contingentiam et corruptionis possibilitatem nobis est intelligendum (vide scholium I propositionis 33 partis I). Nam (per propositionem 29 partis I) praeter hoc nullum datur contingens.

2, prop 31, cor  - Hence it follows that all particular things are contingent and perishable. For we can have no adequate idea of their duration (by, the last Prop.), and this is what we must understand by the contingency, and perishableness of things. (I. xxxiii., Note i.) For (I. xxix.), except in this sense, nothing is contingent. (Elwes - en)

2, prop 31, cor  - Hieraus folgt, daß alle einzelnen Dinge zufällig und zerstörbar sind. Denn wir können von ihrer Dauer keine adäquate Erkenntnis haben (nach dem vorigen Lehrsatz), und das ist es, was wir unter Zufälligkeit und Zerstörbarkeit der Dinge zu verstehen haben (s. Anmerkung 1 zu Lehrsatz 33, Teil 1). Denn (nach Lehrsatz 29, Teil 1) gibt es keine andere Zufälligkeit als diese. (Stern - de)

2, prop 31, cor  - Di qui si comprende che tutte le cose particolari sono, in termini correnti, contingenti e corruttibili. Come appare dalla Proposizione precedente, infatti, noi non possiamo avere alcuna cognizione adeguata della durata delle cose: e solo questo è ciò che dobbiamo intendere qualificando le cose di contingenti e suscettibili di corruzione (P. I, Chiarim. d. Prop. 33); perché, in senso proprio, di contingente non c'è nulla. (P. I, Prop. 29). (Peri - it)

2, prop 31, cor  - Hieruit volgt, dat alle bijzondere zaken toevallig [gebeurlijk] en vergankelijk zijn. Immers wij kunnen (vlg. de voorg. St.) geenerlei adaequate kennis omtrent hun duur bezitten en dat juist is het wat wij onder toevalligheid [gebeurlijkheid] en vergankelijkheid [mogelijkheid van verval] der dingen hebben te verstaan (zie Opmerking I bij St. XXXIII D. I). Want behalve in dezen zin bestaat er nergens iets toevalligs. (Suchtelen - nl)

2, prop 31, cor  - De aquí se sigue que todas las cosas particulares son contingentes y corruptibles, ya que acerca de su duración no podemos tener conocimiento adecuado alguno (por la Proposición anterior), y eso es lo que debemos entender por "contingencia" y posibilidad de "corrupción" de las cosas (ver Escolio 1 de la Proposición 33 de la Parte I). Pues en ningún otro sentido, aparte de éste, hay nada contingente (por la Proposición 29 de la Parte I). (Peña - es)

2, prop 31, cor  - Il suit de là que toutes les choses particulières sont contingentes et corruptibles. Car nous ne pouvons avoir aucune connaissance adéquate de leur durée (par la Proposition précédente), et c'est là ce qu'il nous faut entendre par la contingence des choses et par la possibilité de leur corruption (voir le Scolie 1 de la Proposition 33 Partie I). Car (par la Proposition 29 Partie I) en dehors de cette acception, il n'existe rien de contingent. (Misrahi - fr)

utilisé(e) par : 3, aff def 15, expl

1, prop 31 - L'entendement en acte, qu'il soit fini ou infini, comme aussi la volonté, le désir, l'amour, etc., doivent être rapportés à la Nature Naturée et non à la Naturante.

1, prop 33, sc 1 - Ayant montré par ce qui précède, plus clairement que la lumière du jour, qu'il n'existe absolument rien dans les choses, à cause de quoi elles puissent être dites contingentes, je veux maintenant expliquer en quelques mots ce que nous devons entendre par Contingent, et d'abord ce que nous devons entendre par Nécessaire et Impossible. Une chose est dite nécessaire soit par rapport à son essence, soit par rapport à sa cause. Car l'existence d'une chose suit nécessairement ou bien de son essence et de sa définition ou bien d'une cause efficiente donnée. C'est pour les mêmes causes qu'une chose est dite impossible ; ou bien en effet c'est parce que son essence ou définition enveloppe une contradiction, ou bien parce que nulle cause extérieure n'est donnée, qui soit déterminée de façon à produire cette chose. Pour nulle autre cause maintenant une chose n'est dite contingente, sinon eu égard à un manque de connaissance en nous ; car une chose dont nous ignorons que l'essence enveloppe contradiction, ou de laquelle nous savons bien qu'elle n'enveloppe aucune contradiction, sans pouvoir rien affirmer avec certitude de son existence, parce que nous ignorons l'ordre des causes, une telle chose, dis-je, ne peut jamais nous apparaître ni comme nécessaire ni comme impossible et, par suite, nous l'appelons contingente ou possible.

1, prop 29 - Il n'est rien donné de contingent dans la nature, mais tout y est déterminé par la nécessité de la nature divine à exister et à produire quelque effet d'une certaine manière.

utilisé(e) par : 2, prop 43, sc   |  4, prop 62, sc 

0.0138