EthicaDB •   Publication hypertextuelle et multi-versions de l'Ethique de Spinoza

demonstratio

Pars 1, prop 28, demo 
Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Pautrat - fr | Misrahi - fr     infra (1)  |  haut ^

Quicquid determinatum est ad existendum et operandum, a Deo sic determinatum est (per propositionem 26 et corollarium propositionis 24). At id quod finitum est et determinatam habet existentiam, ab absoluta natura alicujus Dei attributi produci non potuit; quicquid enim ex absoluta natura alicujus Dei attributi sequitur, id infinitum et aeternum est (per propositionem 21). Debuit ergo ex Deo vel aliquo ejus attributo sequi quatenus aliquo modo affectum consideratur; praeter enim substantiam et modos nil datur (per axioma 1 et definitionibus 3 et 5) et modi (per corollarium propositionis 25) ni (...)
plus

Quicquid determinatum est ad existendum et operandum, a Deo sic determinatum est (per propositionem 26 et corollarium propositionis 24). At id quod finitum est et determinatam habet existentiam, ab absoluta natura alicujus Dei attributi produci non potuit; quicquid enim ex absoluta natura alicujus Dei attributi sequitur, id infinitum et aeternum est (per propositionem 21). Debuit ergo ex Deo vel aliquo ejus attributo sequi quatenus aliquo modo affectum consideratur; praeter enim substantiam et modos nil datur (per axioma 1 et definitionibus 3 et 5) et modi (per corollarium propositionis 25) nihil sunt nisi Dei attributorum affectiones. At ex Deo vel aliquo ejus attributo quatenus affectum est modificatione quae aeterna et infinita est, sequi etiam non potuit (per propositionem 22). Debuit ergo sequi vel ad existendum et operandum determinari a Deo vel aliquo ejus attributo quatenus modificatum est modificatione quae finita est et determinatam habet existentiam. Quod erat primum. Deinde haec rursus causa sive hic modus (per eandem rationem qua primam partem hujus jam jam demonstravimus) debuit etiam determinari ab alia quae etiam finita est et determinatam habet existentiam et rursus haec ultima (per eandem rationem) ab alia et sic semper (per eandem rationem) in infinitum. Q.E.D.

Tout ce qui est déterminé à exister et à produire quelque effet, est déterminé de la sorte par Dieu (Prop. 26 et Coroll. de la Prop. 24). Mais ce qui est fini et a une existence déterminée n'a pu être produit par la nature d'un attribut de Dieu prise absolument ; car tout ce qui suit de la nature d'un attribut de Dieu prise absolument est infini et éternel (Prop. 21). Cette chose a donc dû suivre de Dieu ou d'un de ses attributs, en tant qu'on le considère comme affecté d'une certaine modification ; car, en dehors de la substance et des modes, rien n'est donné (Axiome 1, Déf. 3 et 5), et les modes (Coroll. de la Prop. 25) ne sont rien sinon des affections des attributs de Dieu. Mais cette chose n'a pu suivre de Dieu ni d'un de ses attributs en tant qu'il est affecté d'une modification qui est éternelle et infinie (Prop. 22). Elle a donc dû suivre de Dieu ou être déterminée à exister et à produire quelque effet par Dieu ou l'un de ses attributs, en tant qu'il est affecté d'une modification qui est finie et a une existence déterminée. Ce qui était le premier point. Maintenant cette cause, à son tour, ou ce mode (pour la même raison qui a servi à démontrer la première partie) a dû aussi être déterminée par une autre qui est aussi finie et a une existence déterminée, et son tour cette dernière (pour la même raison) par un autre, et ainsi à l'infini (toujours pour la même raison). (Appuhn - fr)

Whatsoever is conditioned to exist and act, has been thus conditioned by God (by Prop. xxvi. and Prop. xxiv., Coroll.).
But that which is finite and has a conditioned existence, cannot be produced by the absolute nature of any attribute of God; for whatsoever follows from the absolute nature of any attribute of God is infinite and eternal (by Prop. xxi). It must, therefore, follow from some attribute of God, in so far as the said attribute is considered as in some way modified; for substance and modes make up the sum total of existence (by Ax. i. and Def. iii., v.), while modes are merely modifications of the attributes of God. But from God, or from any of his attributes, in so far as the latter is modified by a modification infinite and eternal, a conditioned thing cannot follow. Wherefore it must follow from, or be conditioned for, existence and action by God or one of his attributes, in so far as the latter are modified by some modification which is finite and has a conditioned existence. This is our first point. Again, this cause or this modification (for the reason by which we established the first part of this proof) must in its turn be conditioned by another cause, which also is finite, and has a conditioned existence, and again, this last by another (for the same reason); and so on (for the same reason) to infinity. Q.E.D. (Elwes - en)

Alles, was zum Existieren undWirken bestimmt ist, ist von Gott also bestimmt (nach Lehrsatz 26 und Zusatz zu Lehrsatz 24). Was aber endlich ist und eine bestimmte Existenz hat, kann von der absoluten Natur eines göttlichen Attributs nicht abgeleitet werden.Denn was aus der absoluten Natur eines göttlichen Attributs folgt, ist unendlich und ewig (nach Lehrsatz 21). Somit mußte es aus Gott oder einem göttlichen Attribut folgen, sofern dieses als in irgendeinerWeise erregt betrachtet wird. Denn außer der Substanz und den Daseinsformen (modi) gibt es nichts (nach Axiom I und den Definitionen 3 und 5), und die Daseinsformen sind (nach Zusatz zu Lehrsatz 25) nichts als Erregungen der göttlichen Attribute. Aber aus Gott oder einem göttlichen Attribut, sofern es durch irgendeine Modifikation erregt ist, welche ewig und unendlich ist konnte es ebenfalls nicht folgen (nach Lehrsatz 22). Es mußte also folgen oder zum Existieren undWirken bestimmt werden aus bzw. von Gott oder einem göttlichen Attribut, sofern dieses modifiziert ist durch eine Modifikation, welche endlich ist und eine bestimmte Existenz hat. Damit wäre das erste bewiesen. Ferner mußte wiederum diese Ursache oder dieser Modus (aus demselben Grunde, aus welchem schon der erste Teil dieses Satzes bewiesen worden ist) ebenfalls von einer andern bestimmt werden, die auch endlich ist und eine bestimmte Existenz hat, und diese letzte wieder (aus dem gleichen Grund) von einer andern und so immer fort (aus dem gleichen Grund) ins unendliche. -W.z.b.w. (Stern - de)

Qualsiasi cosa determinata ad esistere e ad operare è così determinata da Dio (Prop. 26; Conseg. d. Prop. 24). Ma le cose sono finite e hanno un'esistenza limitata non possono essere state prodotte dalla natura assoluta di un attributo di Dio, perché tutto ciò deriva dalla natura assoluta di un attributo di Dio è infinito ed eterno (Prop. 21).
Tali cose debbono dunque derivare da Dio, o da uno dei suoi attributi, in quanto esso si consideri modificato (o conformato) in qual forma specifica o modo: poiché al difuori della sostanza e dei modi non esiste nulla (Ass. l; Def. 3 e 5), e i modi (Conseg. d. Prop. 25) non sono null'altro che affezioni degli attributi di Dio. Le cose in parola non possono poi nemmeno esser derivate da Dio, o da uno dei suoi attributi, in quanto modificato da una modificazione è eterna e infinita: ciò è dimostrato nella Prop. 22. Le singole cose ordinarie debbono dunque derivare, od esser determinate ad esistere e ad operare, da Dio, o da uno dei suoi attributi, in quanto modificato da una modificazione è finita e ha un'esistenza limitata: e questo era il primo punto. A sua volta poi questa causa, o questa modificazione, per la medesima ragione mediante la quale abbiamo appena finito di dimostrare la prima parte di questa Proposizione, ha dovuto anch'essa esser determinata da un'altra causa anch'essa finita e di esistenza limitata; e quest'ultima ancora, per la medesima ragione, da un'altra simile, e così via, per la medesima ragione, all'infinito. (Peri - it)

Al wat tot bestaan en werking genoodzaakt is, werd daartoe genoodzaakt door God (vgl. St. XXVI en Gevolg St. XXIV). Maar datgene wat eindig is en een afhankelijk bestaan heeft, kon niet uit den aard op-zichzelf van eenig attribuut Gods voortvloeien; immers al wat uit den absoluten aard van eenig attribuut Gods voortvloeit, is oneindig en eeuwig (vgl. St. XXI). Dus zal het moeten voortvloeien uit God, of wel uit een zijner attributen, voorzoover dit beschouwd wordt als zich openbarende in een of andere bestaanswijze; immers buiten de substantie en hare bestaanswijzen is er niets (vlg. Ax. I en Def. III en V); en de bestaanswijzen zijn (vlg. Gevolg St. XXV) niets anders dan openbaringen van Gods attributen. Maar uit God, of uit een of ander zijner attributen, voorzoover het zich openbaart in een vorm welke eeuwig en oneindig is, kan het ook niet voortvloeien (vlg. St. XXII). Het zal dus moeten voortvloeien, of tot bestaan en werking genoodzaakt worden, door God of een zijner attributen, voorzoover dit zich openbaart in een vorm welke eindig is en een afhankelijk bestaan heeft. Dit wat het eerste betreft.

Voorts moet deze oorzaak of deze bestaanswijze op haar beurt (om dezelfde reden als ik in het eerste gedeelte dezer stelling reeds uiteenzette) eveneens bepaald worden door een andere, welke eveneens eindig is en een afhankelijk bestaan heeft, en deze laatste wederom (om dezelfde reden) door een andere en zoo (om dezelfde reden) voort tot in het oneindige. H.t.b.w. (Suchtelen - nl)

Todo cuanto está determinado a existir y obrar, es determinado por Dios (por la Proposición 16 y el Corolario de la Proposición 24). Pero lo que es finito y tiene una existencia determinada no ha podido ser producido por la naturaleza, considerada en absoluto, de algún atributo de Dios, pues todo lo que se sigue de la naturaleza, tomada en absoluto, de algún atributo de Dios, es infinito y eterno (por la Proposición 21). Ha debido seguirse, entonces, a partir de Dios, o sea, de algún atributo suyo, en cuanto se le considera afectado por algún modo, ya que nada hay fuera de substancia y modos (por el Axioma 1 y las Definiciones 3 y 5), y los modos no son otra cosa (por el Corolario de la Proposición 25) que afecciones de los atributos de Dios. Ahora bien: tampoco ha podido seguirse a partir de Dios, o de algún atributo suyo, en cuanto afectado por alguna modificación que sea eterna e infinita (por la Proposición 22). Por consiguiente, ha debido seguirse de Dios, o bien ser determinado a existir y obrar por Dios, o por algún atributo suyo, en cuanto modificado por una modificación que sea infinita y tenga una existencia determinada. Que era lo primero. Además, esta causa, o sea, este modo, a su vez (por la misma razón de que nos hemos servido ahora mismo en la primera parte de esta demostración), ha debido también ser determinado por otra, que es también finita y tiene una existencia determinada, y, a su vez, esta última (por la misma razón) por otra, y así siempre (por la misma razón) hasta el infinito. Q.E.D. (Peña - es)

Tout ce qui est déterminé à exister et à opérer y est déterminé par Dieu (par la Prop. 26 el le Coroll. Prop. 24). Or ce qui est fini, et a une existence déterminée, n'a pu être produit par la nature absolue d'un attribut de Dieu; car tout ce qui suit de la nature absolue d'un attribut de Dieu est infini et éternel (par la Prop. 21). Il a donc fallu que cela suive de Dieu, ou d'un attribut de Dieu, en tant qu'on le considère affecté d'une certaine manière; car à part la substance et les manières il n'y a rien (par l'Axiome 1 et les Défin. 3 et 5), et les manières (par le Corol. Prop. 25) ne sont rien que les affections des attributs de Dieu. Or cela n'a pu suivre non plus de Dieu, ou d'un attribut de Dieu, en tant qu'il est affecté d'une modification qui est éternelle ct infinie (par la Prop. 22). Cela a donc dû suivre, ou être déterminé à exister et à opérer, de Dieu ou d'un attribut de Dieu en tant qu'il est modifié par une modification qui est finie et a une existence déterminée. Ce qui était le premier point. Ensuite, cette cause à son tour, autrement dit cette manière (pour la même raison qui nous a servi à démontrer la première partie de cette Proposition), a dû aussi être déterminée par une autre, qui elle aussi est finie et a une existence déterminée, et à son tour cette dernière (pour la même raison) par une autre, et ainsi toujours (pour la même raison) à l'infini. CQFD. (Pautrat - fr)

Tout ce qui est déterminé à exister et à agir est ainsi déterminé par Dieu (par la Proposition 26 et le Corollaire de la Proposition 24). Or, ce qui est fini et possède une existence déterminée ne peut pas être produit à partir de la nature absolue d'un attribut de Dieu; ce qui, en effet, suit de la nature absolue d'un attribut de Dieu est infini et éternel (par la Proposition 21). Ce qui est fini doit donc suivre de Dieu ou de l'un de ses attributs, en tant qu'il est considéré comme affecté par quelque mode; il n'existe rien d'autre en effet que la substance et les modes (par l'Axiome 1 et les Définitions 3 et 5); et les modes (par le Corollaire de la Proposition 25) ne sont rien d'autre que des affections des attributs de Dieu. Mais cette chose finie ne peut pas non plus (par la Proposition 22) suivre de Dieu, ou de l'un de ses attributs, en tant qu'il est affecté d'une modification qui est éternelle et infinie. Elle a donc dû suivre de Dieu ou être déterminée à exister et à agir par Dieu, ou l'un de ses attributs en tant qu'il est modifié d'une modification qui est finie et possède une existence déterminée ce qui était le premier point. Et à son tour cette cause, ou, en d'autres termes, ce mode (par la même raison qui nous a servi à démontrer la première partie de cette Proposition), a dû aussi être déterminée par une autre cause qui est également finie et possède une existence déterminée, et à son tour cette dernière cause par une autre (pour la même raison), et ainsi de suite à l'infini (pour la même raison). C.Q.F.D. (Misrahi - fr)

utilisé(e) par : 1, prop 28

0.0113