EthicaDB •   Publicación numérica y multilingue de la Ética de Spinoza

propositio 70

Pars 4, prop 70
Latin | Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Pautrat - fr  |  arriba ^

L’homme libre qui vit parmi les ignorants s’applique, autant qu’il le peut, à éviter leurs bienfaits.

Homo liber qui inter ignaros vivit, eorum quantum potest beneficia declinare studet.

Homo liber qui inter ignaros vivit, eorum quantum potest beneficia declinare studet.

L'homme libre qui vit parmi les ignorants, s'applique autant qu'il peut à éviter leurs bienfaits. (Appuhn - fr)

The free man, who lives among the ignorant, strives, as far as he can, to avoid receiving favours from them. (Elwes - en)

Der freie Mensch, der unter Unwissenden lebt, sucht sosehr als möglich ihren Wohltaten auszuweichen. (Stern - de)

Un umano libero, che vive tra umani grezzi e carnali, cerca, per quanto può, di sottrarsi ai loro benefizi. (Peri - it)

De vrije mensch, die temidden van onwetenden leeft, zal zooveel mogelijk hun weldaden trachten af te wijzen. (Suchtelen - nl)

El hombre libre que vive entre ignorantes procura, en la medida de lo posible, evitar sus beneficios. (Peña - es)

L’homme libre qui vit parmi les ignorants s’emploie autant qu’il peut à décliner leurs bienfaits. (Pautrat - fr)

demonstratio por 3, prop 39, sc   |  3, prop 42  |  4, prop 37

Latin | Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es

4, prop 70, demo  - Chacun juge selon sa constitution de ce qu’est le bien (voir le Scolie de la Proposition 39, Partie III), aussi l’ignorant qui a fait quelque bien à quelqu’un l’estimera selon sa propre constitution et il s’attristera s’il se voit moins estimé par celui auquel il s’adresse (par la Proposition 42, Partie III). Or l’homme libre s’applique à établir avec les autres hommes un lien d’amitié (par la Proposition 37) et non pas à leur rendre des bienfaits équivalents à leurs yeux. Il s’applique au contraire à se conduire lui-même et à conduire les autres par le libre jugement de la Raison, et à ne faire que cela qu’il sait être primordial : aussi, pour n’être pas haï des ignorants et pour obéir, non pas à leurs appétits mais à la seule Raison, l’homme libre s’efforcera-t-il, autant que possible, d’éviter leurs bienfaits. C.Q.F.D.

4, prop 70, demo  - Unusquisque ex suo ingenio judicat quid bonum sit (vide scholium propositionis 39 partis III); ignarus igitur qui in aliquem beneficium contulit, id ex suo ingenio aestimabit et si minoris ab eo cui datum est aestimari videt, contristabitur (per propositionem 42 partis III). At homo liber reliquos homines amicitia sibi jungere (per propositionem 37 hujus) nec paria hominibus beneficia ex eorum affectu referre sed se et reliquos libero rationis judicio ducere et ea tantum agere studet quae ipse prima esse novit : ergo homo liber ne ignaris odio sit et ne eorum appetitui sed soli rationi obsequatur, eorum beneficia quantum potest declinare conabitur. Q.E.D.

4, prop 70, demo  - Chacun juge selon sa complexion, quelle chose est bonne (Scolie de la Prop. 39, p. III) ; l'ignorant donc qui a fait quelque bien à quelqu'un l'estimera selon sa complexion, et s'il voit ce bienfait tenu en moindre estime par celui qui le reçoit, il sera contristé (Prop. 42, p. III). L'homme libre, d'autre part, s'applique à établir entre les autres hommes et lui un lien d'amitié (Prop. 37) et non à leur rendre des bienfaits qui, dans leur propre opinion, soient jugés égaux, mais à se conduire et à conduire les autres suivant le libre jugement de la Raison, et à faire seulement ce qu'il sait tenir la première place.
L'homme libre donc, pour ne pas être en haine aux ignorants et ne pas déférer à leur appétit, mais à la Raison seule, s'efforcera, autant que possible, d'éviter leurs bienfaits. C.Q.F.D. (Appuhn - fr)

4, prop 70, demo  - Everyone judges what is good according to his disposition (III. xxxix. note); wherefore an ignorant man, who has conferred a benefit on another, puts his own estimate upon it, and, if it appears to be estimated less highly by the receiver, will feel pain (III. xlii.). But the free man only, desires to join other men to him in friendship (IV. xxxvii.), not repaying their benefits with others reckoned as of like value, but guiding himself and others by the free decision of reason, and doing only such things as he knows to be of primary importance. Therefore the free man, lest he should become hateful to the ignorant, or follow their desires rather than reason, will endeavour, as far as he can, to avoid receiving their favours.
(Elwes - en)

4, prop 70, demo  - Jeder beurteilt nach Seiner Sinnesweise, was gut ist (s. Anmerkung zu Lehrsatz 39, Teil 3). Der Unwissende also, der jemand eineWohltat erwiesen hat, wird dieselbe nach seiner Sinnesweise schätzen, und wenn er sieht, daß sie von dem Empfänger geringer geschätzt wird, so wird er Unlust empfinden (nach Lehrsatz 42, Teil 3). Der freie Mensch trachtet aber, sich die übrigen Menschen durch Freundschaft zu verbinden (nach Lehrsatz 37 dieses Teils) und will die empfangenenWohltaten nicht mit solchen heimzahlen, welche die Betreffenden nach ihren Affekten als Vergeltung anschlagen, sondern er sucht, sich und die andern durch das freie Urteil der Vernunft zu leiten und nur das zu tun, was er als vorteilhaft für das Leben erkannt hat. Folglich wird der freie Mensch, um nicht den Unwissenden Ursache zum Haß zu geben und um nicht ihren Begierden statt seiner Vernunft willfahren zu müssen, ihren Wohltaten sosehr als möglich auszuweichen suchen. - W.z.b.w. (Stern - de)

4, prop 70, demo  - Ciascuno giudica la bontà delle cose secondo il suo sentimento (o la sua opinione): un umano ignorante, ossia grezzo e carnale, che faccia un favore (o un dono) a qualcuno, valuterà quel favore secondo il suo criterio; e se veda che la persona beneficata stima quel favore meno di quanto lo stimi egli stesso, si rattristerà. Ma l'umano libero, che vuole farsi amici gli altri umani, non si pone come obiettivo vitale il restituire i favori ricevuti con favori equivalenti secondo il criterio della gente ordinaria; egli cerca piuttosto di condursi e di condurre gli altri secondo il libero giudizio della Ragione, e di compiere soltanto le azioni che egli sa essere veramente importanti: e dunque un umano libero, per non farsi odiare dalla gente grezza e carnale e per non adattarsi ai loro desidèri, ma per obbedire alla sola Ragione, si sforzerà, per quanto può, di evitare i loro benefici. (P. III, Chiarim. d. Prop. 39; Prop. 42; P. IV, Prop. 37). (Peri - it)

4, prop 70, demo  - Ieder beoordeelt krachtens zijn eigen aard wat goed is (zie Opmerking St. XXXIX D. III). De onwetende dus, die een ander een weldaad bewezen heeft, zal deze naar zijn eigen inzicht beoordeelen en zich bedroeven als hij ziet dat degeen, wien hij die weldaad bewees, haar minder waardeert (vlg. St. XLII D. III). De vrije mensch evenwel tracht de andere menschen door vriendschap aan zich te verbinden (vlg. St. XXXVII v.d. D.); hij wenscht geenszins door even groote weldaden den menschen hun genegenheid te vergelden, maar zich en anderen door het vrije oordeel der Rede te laten leiden, en begeert slechts dat te doen wat hijzelf als het belangrijkste erkent. Derhalve zal de vrije mensch, opdat hij zich niet bij de onwetenden gehaat make en niet hùn begeerte, doch uitsluitend de Rede gehoorzame, hun weldaden zooveel mogelijk trachten af te wijzen. H.t.b.w. (Suchtelen - nl)

4, prop 70, demo  - Cada cual juzga según su índole de lo que es bueno (ver Escolio de la Proposición 39 de la Parte III); así, pues, el ignorante que ha hecho un bien a alguien apreciará ese bien según su propia índole, y, si ve que el destinatario del bien lo estima en menos, se entristecerá (por la Proposición 42 de la Parte III). Ahora bien, un hombre libre procura unirse a los demás hombres por amistad (por la Proposición 37 de esta Parte), y no devolverles beneficios que, según la opinión de ellos, sean equivalentes, sino guiarse a sí mismo y guiar a los demás conforme al libre juicio de la razón, y hacer sólo aquello que sabe es primordial. Luego un hombre libre, a fin de no ser odiado por los ignorantes, y de no plegarse al apetito de ellos, sino sólo a la razón, se esforzará en la medida de lo posible por evitar sus beneficios. Q.E.D. (Peña - es)

3, prop 39, sc  - Par bien, j'entends ici toute forme de Joie et, en outre, tout ce qui conduit à la Joie, notamment ce qui satisfait un désir. Par mal, j'entends toute forme de Tristesse, notamment celle qui frustre un désir. Nous avons montré en effet (dans le Scolie de la Proposition 9) que nous ne désirons rien parce que nous aurions jugé que cela est un bien, mais qu'au contraire nous l'appelons bien parce que nous le désirons. Par suite, cela que nous fuyons nous l'appelons mal. C'est pourquoi chacun juge ou estime selon ses affects ce qui est bien et ce qui est mal, ce qui est meilleur et ce qui est pire, ce qui enfin est le meilleur ou bien le pire. Ainsi l'Avare juge que la richesse est le meilleur des biens, et que la pauvreté est le pire des maux. L'Ambitieux ne désire rien autant que la Gloire, et ne fuit rien autant que la Honte. Pour l'Envieux rien n'est plus agréable que le malheur d'autrui et rien n'est plus dur que le bonheur des autres. Et ainsi chacun, d'après ses propres affects, juge qu'une chose est bonne ou mauvaise, utile ou inutile. Par ailleurs, cet affect par lequel l'homme est structuré de telle sorte qu'il ne veut pas ce qu'il veut, ou qu'il veut ce qu'il ne veut pas, s'appelle la Peur. Celle-ci n'est donc rien d'autre qu'une crainte qui dispose un homme à éviter un mal qu'il pense devoir arriver, par un mal moindre et actuel (voir la Proposition 28). Mais si le mal qu'on craint est la Honte, alors la Peur s'appelle Pudeur. Enfin, si le désir d'éviter ce mal futur est réprimé par la Peur d'un autre mal, de sorte qu'on ne sache plus celui qu'on préfère, la Crainte alors s'appelle Épouvante, notamment lorsque les deux maux que l'on craint sont parmi les plus grands.

3, prop 42 - Celui qui, par Amour ou bien par souci de la Gloire, a bien agi à l'égard de quelqu'un sera attristé s'il voit que son bienfait est reçu dans l'ingratitude.

4, prop 37 - Le bien que tout homme recherchant la vertu poursuit pour lui-même, il le désirera aussi pour les autres, et cela d’autant plus qu’il aura une plus grande connaissance de Dieu.

scholium

Latin | Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es     infra (1)

4, prop 70, sc  - Je dis autant que possible. Car, bien qu’ils soient des hommes ignorants, ils sont pourtant des hommes, capables d’apporter dans l’adversité une aide humaine, et il n’en est pas de plus précieuse. Aussi arrive-t-il souvent qu’il soit nécessaire d’accepter un bienfait de leur part et par conséquent de les en remercier selon leur constitution. De plus, même en évitant leurs bienfaits nous devons prendre garde à ne pas paraître les mépriser ou craindre par Avarice d’avoir à rendre le bienfait, autrement, nous les offenserions n’ayant cherché pourtant qu’à éviter leur haine. C’est pourquoi, en évitant les bienfaits, il convient de tenir compte de l’utile et de l’honnête.

4, prop 70, sc  - Dico "quantum potest". Nam quamvis homines ignari sint, sunt tamen homines qui in necessitatibus humanum auxilium quo nullum praestabilius est, adferre queunt atque adeo saepe fit ut necesse sit ab iisdem beneficium accipere et consequenter iisdem contra ex eorum ingenio congratulari; ad quod accedit quod etiam in declinandis beneficiis, cautio esse debet ne videamur eosdem contemnere vel prae avaritia remunerationem timere atque ita dum eorum odium fugimus, eo ipso in eorum offensionem incurramus. Quare in declinandis beneficiis ratio utilis et honesti habenda est.

4, prop 70, sc  - Je dis autant que possible. Bien qu'ignorants, en effet, ce sont des hommes pouvant en cas de besoin apporter un secours d'homme, et il n'en est pas de plus précieux ; ainsi arrive-t-il souvent qu'il est nécessaire de recevoir d'eux un bienfait et de s'en montrer reconnaissant suivant leur propre complexion ; à quoi s'ajoute que, même en évitant leurs bienfaits, nous devons être prudents de façon que nous ne paraissions pas les mépriser ou craindre par Avarice d'avoir à leur rendre l'équivalent, sans quoi, pour éviter d'être pris en haine par eux, nous les offenserions. Il faut donc, en évitant les bienfaits, avoir égard à l'utile et à l'honnête. (Appuhn - fr)

4, prop 70, sc  - I say, as far as he can. For though men be ignorant, yet are they men, and in cases of necessity could afford us human aid, the most excellent of all things: therefore it is often necessary to accept favours from them, and consequently to repay such favours in kind; we must, therefore, exercise caution in declining favours, lest we should have the appearance of despising those who bestow them, or of being, from avaricious motives, unwilling to requite them, and so give ground for offence by the very fact of striving to avoid it. Thus, in declining favours, we must look to the requirements of utility and courtesy. (Elwes - en)

4, prop 70, sc  - Ich sage »sosehr als möglich«. Denn wenn es auch unwissende Menschen sind, so sind sie doch Menschen, welche im Notfall menschliche Hilfe, die ja doch die beste ist, leisten können. Daher tritt oft der Fall ein, daß wir nicht umhinkönnen, eine Wohltat von ihnen anzunehmen und folglich ihnen nach ihrem Sinne dankbar zu sein. Dazu kommt noch, daß man auch im Ablehnen vonWohltaten sich vorsehen muß, daß man nicht den Schein auf sich ziehe, als ob man den Betreffenden verachte oder aus Geiz die Gegenleistung scheue; denn da würde man durch eben das, womit man ihrem Haß auszuweichen sucht, denselben vielmehr herausfordern. Darum muß man beim Ablehnen vonWohltaten auf das Nützliche und Schickliche Rücksicht nehmen. (Stern - de)

4, prop 70, sc  - Dico per quanto può: perché gli umani ordinari, sebbene siano grezzi e carnali, sono tuttavia umani, che possono quando sia necessario dare un aiuto umano, ossia un aiuto più utile e migliore di qualsiasi opportunità favorevole: e quindi accade sovente che si sia costretti a ricevere da loro un favore, e a dimostrar loro la propria gratitudine in maniere conformi al loro sentimento. A ciò s'aggiunge che ci vuole cautela anche nel rifiutare (o nell'evitare) i benefici, perché non sembri che noi disprezziamo chi s'offre di farci un favore o che per tirchieria non vogliamo aver l'impegno di ricompense; e perché non accada che, mentre cerchiamo di evitare l'Odio degli umani ordinari, col fatto stesso noi finiamo per offenderli. E quindi nel rifiutare o nell'evitare i favori non graditi si deve tener conto di ciò che è utile e di ciò che è corretto. (Peri - it)

4, prop 70, sc  - Ik zeg "zooveel mogelijk". Want al zijn de menschen onwetend, zij zijn nochtans menschen, die in gevallen van nood menschelijke hulp, waar geen andere bovengaat, kunnen bieden. En zoodoende komt het dikwijls voor, dat het noodzakelijk is weldaden van hen aan te nemen, en bijgevolg dat wij hen daartegenover de dankbaarheid, welke bij hun gezindheid past, hebben te betoonen. Daarbij komt nog dat men ook bij het afwijzen van weldaden voorzichtig moet zijn, opdat men niet den schijn op zich lade zijn weldoeners te minachten, of uit gierigheid bang te zijn om een vergoeding te moeten geven en hen zoodoende beleedigt, terwijl men juist hun Haat wil voorkomen. Daarom moet men bij het afwijzen van weldaden te rade gaan met wat nuttig en eerzaam is. (Suchtelen - nl)

4, prop 70, sc  - Digo "en la medida de lo posible". Pues aunque se trate de hombres ignorantes, se trata en cualquier caso de hombres, los cuales, en una necesidad, pueden prestar ayuda humana, y ninguna otra es más ventajosa. Por tanto, ocurre a menudo que es necesario aceptar de ellos un beneficio, y agradecérselo, consiguientemente, según su índole; a ello se añade que también hay que ir con cuidado al evitar sus beneficios, no sea que parezca que los despreciamos, o que tememos remunerárselos a causa de nuestra avaricia; de manera que, al tratar de evitar que nos odien, por ello mismo les inferimos una ofensa. Por eso, al evitar los beneficios debe tenerse en cuenta lo útil y lo honroso. (Peña - es)

utilizado por : 4, app, cap 18

0.011