EthicaDB •   Digital and multilingual publication of Spinoza's Ethics

propositio 51

Pars 4, prop 51
Latin | Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Pautrat - fr  |  top ^

La Faveur ne s’oppose pas à la Raison, mais peut s’accorder avec elle et naître d’elle.

Favor rationi non repugnat sed cum eadem convenire et ab eadem oriri potest.

Favor rationi non repugnat sed cum eadem convenire et ab eadem oriri potest.

La Faveur n'est pas opposée à la Raison, mais peut s'accorder avec elle et en naître. (Appuhn - fr)

Approval is not repugnant to reason, but can agree therewith and arise therefrom. (Elwes - en)

Gunst widerstreitet der Vernunft nicht, sondern kann mit ihr übereinstimmen und aus ihr entspringen. (Stern - de)

L'Approvazione non è contraria alla Ragione, ma può accordarsi con essa e anche derivarne. (Peri - it)

Ingenomenheid is niet in strijd met de Rede; kan daarmede zelfs in overeenstemming zijn en er uit voortkomen. (Suchtelen - nl)

La aprobación no repugna, a la razón, sino que puede concordar con ella y surgir de ella. (Peña - es)

La faveur ne répugne pas à la raison ; mais elle peut convenir avec elle et naître d'elle. (Pautrat - fr)

demonstratio by 3, prop 59  |  3, prop 3

Latin | Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es

4, prop 51, demo  - La Faveur, en effet, est un Amour pour celui qui a bien agi à l’égard d’un autre (par la Définition 19 des Affects), elle peut donc être rapportée à l’Esprit en tant qu’on dit qu’il agit (par la Proposition 59, Partie III), c’est-à-dire (par la Proposition 3, Partie III), en tant qu’il comprend, et par conséquent elle s’accorde avec la Raison, etc. C.Q.F.D.

4, prop 51, demo  - Est enim favor amor erga illum qui alteri benefecit (per 19 affectuum definitionem) atque adeo ad mentem referri potest quatenus haec agere dicitur (per propositionem 59 partis III) hoc est (per propositionem 3 partis III) quatenus intelligit ac proinde cum ratione convenit etc. Q.E.D.

4, prop 51, demo  - La Faveur en effet est un Amour pour celui qui a fait du bien à autrui (Déf. 19 des Aff.) ; elle peut donc être rapportée à l'Âme en tant que celle-ci est dite agir (Prop. 59, p. III), c'est-à-dire (Prop. 3, p. III) en tant qu'elle connaît, par suite elle s'accorde avec la Raison, etc. C.Q.F.D. (Appuhn - fr)

4, prop 51, demo  - Approval is love towards one who has done good to another (Def. of the Emotions, xix.); therefore it may be referred to the mind, in so far as the latter is active (III. lix.), that is (III. iii.), in so far as it understands; therefore, it is in agreement with reason, &c. Q.E.D. (Elwes - en)

4, prop 51, demo  - Denn Gunst ist Liebe zu jemand, der einem andern wohlgetan hat (nach den Definitionen der Affekte, Ziffer XIX), und kann sich also auf den Geist beziehen, sofern von ihm gesagt wird, daß er tätig ist (nach Lehrsatz 59, Teil 3), d.h. (nach Lehrsatz 3, Teil 3), sofern er erkennt. Folglich stimmt sie mit der Vernunft überein usw. -W.z.b.w. (Stern - de)

4, prop 51, demo  - L'Approvazione è infatti un Amore verso chi ha fatto altrui del bene: e pertanto può riferirsi alla Mente, in quanto questa è considerata attiva, cioè in quanto conosce. Quindi l'Approvazione s'accorda con la Ragione e può anche originarsene. (P. III, Prop. 3; Prop. 59; Def. dei Sentim., 19). (Peri - it)

4, prop 51, demo  - Ingenomenheid toch is Liefde jegens iemand die een ander een weldaad bewees (vlg. Definitie XIX der Aand.) en kan dus betrekking hebben op den Geest, voorzoover deze beschouwd wordt als handelend (vlg. St. LIX D. III) d.w.z. (vlg. St. III D. III) voorzoover hij begrijpt. Derhalve is zij in overeenstemming met de Rede enz. H.t.b.w. (Suchtelen - nl)

4, prop 51, demo  - La aprobación, en efecto, es un amor hacia aquel que ha hecho bien a otro (por la Definición 19 de los afectos) y, por tanto, puede referirse al alma en la medida en que se dice que ésta obra (por la Proposición 59 de la Parte III), esto es (por la Proposición 3 de la Parte III), en la medida en que conoce, y, por ende, la aprobación concuerda con la razón, etc. Q.E.D. (Peña - es)

3, prop 59 - Parmi tous les affects qui se rapportent à l'Esprit, en tant qu'il agit, il n'en est pas qui ne se rapporte à la Joie ou au Désir.

3, prop 3 - Les actions de l'Esprit naissent des seules idées adéquates, mais les passions dépendent des seules idées inadéquates.

aliter by 4, prop 37  |  3, prop 11, sc 

Latin | Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es

4, prop 51, alit - Celui qui vit sous la conduite de la Raison désire aussi pour l’autre le bien qu’il poursuit pour lui-même (par la Proposition 37). C’est pourquoi, du fait qu’il voit quelqu’un bien agir envers un autre, son propre effort pour bien agir est secondé, c’est-à-dire (par le Scolie de la Proposition 11, Partie III) qu’il éprouve de la Joie, et celle-ci (par hypothèse) est accompagnée de l’idée de celui qui agit bien pour un tiers, et par suite (par la Définition 19 des Affects) il lui est favorable. C.Q.F.D.

4, prop 51, alit - Qui ex ductu rationis vivit, bonum quod sibi appetit alteri etiam cupit (per propositionem 37 hujus); quare ex eo quod ipse aliquem videt alteri benefacere, ipsius benefaciendi conatus juvatur hoc est (per scholium propositionis 11 partis III) laetabitur idque (ex hypothesi) concomitante idea illius qui alteri benefecit ac proinde (per 19 affectuum definitionem) ei favet. Q.E.D.

4, prop 51, alit - Qui vit sous la conduite de la Raison, désire pour autrui aussi ce qu'il appète pour lui-même (Prop. 37) ; par suite donc de ce qu'il voit quelqu'un faire du bien à autrui, son propre effort pour faire du bien est secondé, c'est-à-dire (Scolie de la Prop. 11, p. III) qu'il sera joyeux, et cela (par hypothèse) avec l'accompagnement de l'idée de celui qui a fait du bien à autrui ; par suite, il lui est favorable (Déf. 19 des Aff.). C.Q.F.D. (Appuhn - fr)

4, prop 51, alit - He, who lives under the guidance of reason, desires for others the good which he seeks for himself (IV. xxxvii.); wherefore from seeing someone doing good to his fellow his own endeavour to do good is aided; in other words, he will feel pleasure (III. xi. note) accompanied by the idea of the benefactor. Therefore he approves of him. Q.E.D. (Elwes - en)

4, prop 51, alit - Wer nach der Leitung der Vernunft lebt, wünscht das Gute, das er für sich begehrt, auch andern (nach Lehrsatz 37 dieses Teils). Wenn daher jemand einem andern wohltun sieht, so wird dadurch sein eigenes Bestreben wohlzutun gefördert, d.h. (nach Anmerkung zu Lehrsatz 11, Teil 3), er wird Lust empfinden, und zwar (nach der Voraussetzung) verbunden mit der Idee dessen, der dem anderen wohlgetan hat. Folglich ist er (nach den Definitionen der Affekte, Ziffer XIX) ihm zugeneigt. -W.z.b.w. (Stern - de)

4, prop 51, alit - Chi vive guidato dalla Ragione (poniamo, A) desidera anche per ogni altro umano il bene che egli appetisce per se stesso; per la qual cosa A, vedendo qualcun altro (poniamo, B) far del bene a terzi, sentirà favorito il proprio sforzo di far del bene, cioè s'allieterà; e questa letizia sarà accompagnata dall'idea di colui che ha fatto del bene a un altro, cioè dall'idea di B; ragion per cui A sarà favorevolmente orientato verso B, ossia rivolgerà a lui la sua Approvazione. (P. III, Chiarim. d. Prop. 11; Def. dei Sentim., 19; P. IV, Prop. 37). (Peri - it)

4, prop 51, alit - Wie volgens leiding der Rede leeft, wenscht het goede, waarnaar hij streeft, ook anderen toe (vlg. St. XXXVII v.d. D.), zoodat zijn eigen verlangen om wel te doen, versterkt wordt doordat hij een ander ziet weldoen. Hij zal zich dus (vlg. Opmerking St. XI D. III) verblijden, en dat wel (vlg. het onderstelde) daarbij denkend aan dengene, die dien ander weldeed; derhalve zal hij (vlg. Definitie XIX der Aand.) met hem zijn ingenomen. H.t.b.w. (Suchtelen - nl)

4, prop 51, alit - Quien vive conforme a la razón desea también para otro el bien que apetece para sí (por la Proposición 37 de esta Parte); por ello, en viendo que alguien hace bien a otro, su propio esfuerzo por hacer el bien resulta favorecido, es decir (por el Escolio de la Proposición 11 de la Parte III), experimentará una alegría, la cual (por hipótesis va acompañada por la idea de aquel que hace bien a otro, y, por ende (por la Definición 19 de los afectos), lo aprueba. Q.E.D. (Peña - es)

4, prop 37 - Le bien que tout homme recherchant la vertu poursuit pour lui-même, il le désirera aussi pour les autres, et cela d’autant plus qu’il aura une plus grande connaissance de Dieu.

3, prop 11, sc  - Nous avons donc vu que l'Esprit peut subir de grands changements où il est passif et où il passe à une perfection tantôt plus grande et tantôt moindre ; et ce sont ces passions qui nous expliquent les affects de Joie et de Tristesse. Par Joie j'entendrai donc dans la suite une passion par laquelle l'Esprit passe à une plus grande perfection, et par Tristesse une passion par laquelle l'Esprit passe à une perfection moindre. En outre, l'affect de Joie rapporté simultanément à l'Esprit et au Corps, je l'appelle Plaisir ou Gaieté ; celui de la Tristesse, Douleur ou Mélancolie. Il convient de noter que le Plaisir et la Douleur se rapportent à l'homme lorsqu'une partie de son être est plus affectée que les autres, la Gaieté et la Mélancolie, lorsque toutes les parties sont également affectées. Quant à la nature du Désir, je l'ai expliquée dans le Scolie de la Proposition 9 de cette Partie. En dehors de ces trois affects, je n'en reconnais aucun autre qui soit primitif, et je montrerai par la suite que c'est de ces trois affects que tous les autres prennent naissance. Avant de poursuivre, il sera bon cependant d'expliquer plus longuement la Proposition 10 de cette Partie, afin de comprendre plus clairement en quel sens une idée est contraire à une idée.
Dans le Scolie de la Proposition 17 de la Partie II, nous avons montré que l'idée constituant l'essence de l'Esprit enveloppe l'existence du Corps aussi longtemps que le Corps lui-même existe. Il suit aussi de ce que nous avons montré dans le Corollaire de la Proposition 8 de la Partie II, et dans son Scolie, que l'existence actuelle de notre Esprit dépend du seul fait que l'Esprit enveloppe l'existence actuelle du Corps. Nous avons enfin montré que la puissance de l'Esprit par laquelle il imagine les objets et s'en souvient dépend aussi du seul fait (voir les Propositions 17 et 18 de la Partie II avec son Scolie) qu'il enveloppe l'existence actuelle du Corps. Il résulte de tout cela que l'existence présente de l'Esprit et sa puissance d'imaginer sont supprimés dès que l'Esprit cesse d'affirmer l'existence présente du Corps. Mais la cause pour laquelle l'Esprit cesse d'affirmer cette existence du Corps ne peut être l'Esprit lui-même (par la Proposition 4) ni le fait, non plus, que le Corps cesse d'exister. Car (par la Proposition 6, Partie II) la cause pour laquelle l'Esprit affirme l'existence du Corps n'est pas le fait que le Corps ait commencé d'exister, et pour la même raison, ce n'est pas parce que le Corps cesse d'exister que l'Esprit cesse d'affirmer l'existence du Corps. La cause réside en réalité (par la Proposition 17, Partie II) dans une autre idée excluant l'existence présente de notre Corps et, par conséquent, de notre Esprit, idée qui par suite est contraire à l'idée constituant l'essence de notre Esprit.

scholium by 4, prop 45

Latin | Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es

4, prop 51, sc  - L’Indignation, telle que nous l’avons définie (voir la Définition 20 des Affects), est nécessairement mauvaise (par la Proposition 45). Mais il faut pourtant noter que lorsque le Pouvoir suprême, tenu par le désir de maintenir la paix, punit un citoyen qui a commis une injustice envers un autre, je ne dis pas qu’il est indigné contre lui, puisqu’en punissant il n’est pas poussé à le perdre par Haine, mais il a pour motif la moralité.

4, prop 51, sc  - Indignatio prout ipsa a nobis definitur (vide 20 affectuum definitionem) est necessario mala (per propositionem 45 hujus) sed notandum quod quando summa potestas desiderio quo tenetur tutandae pacis, civem punit qui alteri injuriam fecit, eandem civi indignari non dico quia non odio percita ad perdendum civem sed pietate mota eundem punit.

4, prop 51, sc  - L'Indignation, telle qu'elle est définie par nous (Déf. 20 des Aff.) est nécessairement mauvaise (Prop. 45). Il faut observer, toutefois, que si l'autorité supérieure, en vue de maintenir la paix dans la Cité, punit un Citoyen qui a commis une injustice à l'égard d'un autre, je ne dis pas qu'elle est indignée contre lui, car elle n'est point poussée par la Haine à le perdre, mais a pour le punir un mobile qui est la moralité. (Appuhn - fr)

4, prop 51, sc  - Indignation as we defined it (Def. of the Emotions, xx.) is necessarily evil (IV. xlv.); we may, however, remark that, when the sovereign power for the sake of preserving peace punishes a citizen who has injured another, it should not be said to be indignant with the criminal, for it is not incited by hatred to ruin him, it is led by a sense of duty to punish him. (Elwes - en)

4, prop 51, sc  - Entrüstung, wie sie von mir definiert wurde (s. Definitionen der Affekte, Ziffer XX), ist notwendig schlecht (nach Lehrsatz 45 dieses Teils). - Es ist jedoch zu bemerken, daß ich es nicht als Entrüstung gegen den Bürger bezeichne, wenn die höchste Gewalt in der Absicht, den Bürgerfrieden zu sichern, diejenigen bestraft, welche andern Unrecht getan. Denn sie will nicht, von Haß gereizt, den Bürger verderben, sondern sie straft ihn aus guten Beweggründen. (Stern - de)

4, prop 51, sc  - Lo Sdegno, come noi l'abbiamo definito (Def. dei Sentim., 20), è necessariamente cattivo in quanto comporta un Odio. Si noti però che quando il competente Magistrato, mosso dalla volontà di garantire la pace sociale (che è il suo dovere), condanna un cittadino che ha compiuto nei riguardi di un altro un'azione ingiusta, non si può dire che la cosa sia l'esito dello Sdegno del giudice verso il cittadino: il giudice punisce infatti il cittadino colpevole non per rovinare qualcuno che egli personalmente odia, ma perché è determinato a ciò dal suo Civismo consapevole, cioè dal suo senso dello Stato e dalla sua dedizione al rispetto della Legge che del viver civile è la tutela. (Peri - it)

4, prop 51, sc  - Verontwaardiging, gelijk wij haar omschreven hebben (zie Definitie XX der Aand.) is noodzakelijk slecht (vlg. St. XLV v.d. D.). Hierbij zij echter opgemerkt, dat wanneer de hoogste overheid een burger, die een ander onrecht aandeed, straft met de bedoeling om de orde te handhaven, zij volgens mij geenszins over dien burger verontwaardigd is, aangezien zij niet, door Haat gedreven, dien burger straft om hem in het verderf te storten, maar uit plichtsbesef. (Suchtelen - nl)

4, prop 51, sc  - La indignación, tal como la hemos definido (ver Definición 20 de los afectos), es necesariamente mala (por la Proposición 45 de esta Parte). Pero debe notarse que cuando el poder soberano castiga al ciudadano que ha cometido injusticia contra otro, de acuerdo con la obligación que tiene de tutelar la paz, no digo que se "indigna" contra ese ciudadano, pues no lo castiga incitado por el odio, con el fin de causarle la ruina, sino movido por la moralidad. (Peña - es)

4, prop 45 - La Haine ne peut jamais être bonne.

0.0113