EthicaDB •   Publication hypertextuelle et multi-versions de l'Ethique de Spinoza

scholium

Pars 2, prop 1, sc 
Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Pautrat - fr | Misrahi - fr     infra (1)  |  haut ^

Patet etiam haec propositio ex hoc quod nos possumus ens cogitans infinitum concipere. Nam quo plura ens cogitans potest cogitare, eo plus realitatis sive perfectionis idem continere concipimus; ergo ens quod infinita infinitis modis cogitare potest, est necessario virtute cogitandi infinitum. Cum itaque ad solam cogitationem attendendo Ens infinitum concipiamus, est necessario (per definitiones 4 et 6 partis I) cogitatio unum ex infinitis Dei attributis, ut volebamus.

Patet etiam haec propositio ex hoc quod nos possumus ens cogitans infinitum concipere. Nam quo plura ens cogitans potest cogitare, eo plus realitatis sive perfectionis idem continere concipimus; ergo ens quod infinita infinitis modis cogitare potest, est necessario virtute cogitandi infinitum. Cum itaque ad solam cogitationem attendendo Ens infinitum concipiamus, est necessario (per definitiones 4 et 6 partis I) cogitatio unum ex infinitis Dei attributis, ut volebamus.

Cette Proposition est encore évidente par cela seul que nous pouvons concevoir un être infini pensant. Plus en effet un être pensant peut penser de choses, plus nous concevons qu'il contient de réalité ou perfection, donc un être qui peut penser une infinité de choses en une infinité de modes, est nécessairement infini par la vertu du penser. Puis donc qu'ayant égard uniquement à la pensée, nous concevons un Être infini, la Pensée est nécessairement (Déf. 4 et 6, p. I) l'un des attributs infinis de Dieu, comme nous le voulions. (Appuhn - fr)

This proposition is also evident from the fact, that we are able to conceive an infinite thinking being. For, in proportion as a thinking being is conceived as thinking more thoughts, so is it conceived as containing more reality or perfection. Therefore a being, which can think an infinite number of things in an infinite number of ways, is, necessarily, in respect of thinking, infinite. As, therefore, from the consideration of thought alone we conceive an infinite being, thought is necessarily (Pt. i., Def. iv. and vi.) one of the infinite attributes of God, as we were desirous of showing. (Elwes - en)

Dieser Lehrsatz erhellt auch daraus, daß wir ein unendlich denkendesWesen begreifen können. Denn je mehr ein denkendesWesen denken kann, desto mehr Realität oder Vollkommenheit enthält dasselbe in unserm Begriff. Ein Wesen also, welchesUnendliches auf unendliche Weisen denken kann, ist notwendig an Kraft des Denkens unendlich. Da wir also, auf das bloße Denken achtend, ein unendliches Wesen begreifen, so ist (nach den Definitionen 4 und 6, Teil 1) das Denken notwendig eins von den unendlichen Attributen Gottes, wie ich behauptet habe. (Stern - de)

Questa proposizione risulta evidente anche dall'essere a noi possibile il concepire un Ente pensante infinito. Infatti: quante più cose un essere pensante può pensare, tanto più di realtà, ossia di perfezione, noi vediamo appartenergli; dunque un Ente, che può pensare in infinite maniere infinite cose, è necessariamente infinito nel suo potere di pensare. Dato pertanto che, riferendoci soltanto al pensiero, noi concepiamo un Essere infinito, il Pensiero è necessariamente uno degli infiniti attributi di Dio, come volevamo. (P. I, Def. 4 e 6). (Peri - it)

De waarheid dezer stelling blijkt ook hieruit, dat wij ons inderdaad een denkend oneindig wezen kunnen voorstellen. Want hoemeer een denkend iets denken kan, hoe meer werkelijkheid of volmaaktheid het naar ons begrip moet bezitten. Derhalve moet een wezen, dat oneindig veel dingen op oneindig vele wijzen kan denken, noodzakelijk ook in denkvermogen oneindig zijn. Waar wij dus, ons uitsluitend bepalende tot het Denken, tot de opvatting van een oneindig wezen komen, moet (vlg. Def. IV en VI Deel I) het Denken een van de oneindig vele attributen Gods zijn, hetgeen wij wilden bewijzen. (Suchtelen - nl)

Esta Proposición es también evidente en virtud del hecho de que nosotros podemos concebir un ser pensante infinito. Pues cuantas más cosas puede pensar un ser pensante, tanta más realidad o perfección concebimos que contiene; por consiguiente, un ser que puede pensar infinitas cosas de infinitos modos, es, por virtud del pensamiento, necesariamente infinito. Y siendo así que concebimos un ser infinito fijándonos en el solo pensamiento, es entonces el Pensamiento uno de los infinitos atributos de Dios, como pretendíamos. (Peña - es)

Cette Proposition ressort également avec évidence de ce que nous pouvons concevoir un étant pensant infini. Car plus un étant pensant peut penser de choses, plus nous concevons qu'il contient de réalité ou perfection ; donc un étant qui peut penser une infinité de choses d'une infinité de manières est nécessirement infini par la vertu du penser. Et donc comme, en prêtant attention à la seule pensée, nous concevons un Étant infini, c'est que nécessairement (par les Défin. 4 et 6 p.1) la Pensée est un parmi l'infinité des attributs de Dieu, comme nous le voulions. (Pautrat - fr)

Cette Proposition découle aussi avec évidence du fait que nous pouvons concevoir un être pensant infini. Car plus un être pensant peut penser, plus nous concevons en lui de réalité ou, en d'autres termes, de perfection; c'est pourquoi un être pouvant penser une infinité de choses sous une infinité de modes est nécessairement infini par la vertu du penser. Or, puisque, ne considérant que la seule pensée, nous concevons un Être infini, la Pensée est nécessairement (par les Définitions 4 et 6 Partie I) un des attributs infinis de Dieu, comme nous le voulions. (Misrahi - fr)

utilisé(e) par : 2, prop 1

0.0028