EthicaDB •   Publication hypertextuelle et multi-versions de l'Ethique de Spinoza

demonstratio

Pars 1, prop 26, demo 
Appuhn - fr | Elwes - en | Stern - de | Peri - it | Suchtelen - nl | Peña - es | Pautrat - fr | Misrahi - fr     infra (1)  |  haut ^

Id per quod res determinatae ad aliquid operandum dicuntur, necessario quid positivum est (ut per se notum). Adeoque tam ejus essentiae quam existentiae Deus ex necessitate suae naturae est causa efficiens (per propositiones 25 et 16) quod erat primum. Ex quo etiam quod secundo proponitur clarissime sequitur. Nam si res quae a Deo determinata non est, se ipsam determinare posset, prima pars hujus falsa esset, quod est absurdum, ut ostendimus.

Id per quod res determinatae ad aliquid operandum dicuntur, necessario quid positivum est (ut per se notum). Adeoque tam ejus essentiae quam existentiae Deus ex necessitate suae naturae est causa efficiens (per propositiones 25 et 16) quod erat primum. Ex quo etiam quod secundo proponitur clarissime sequitur. Nam si res quae a Deo determinata non est, se ipsam determinare posset, prima pars hujus falsa esset, quod est absurdum, ut ostendimus.

Ce par quoi les choses sont dites déterminées à produire quelque effet, est nécessairement quelque chose de positif (comme il est connu de soi) ; et ainsi son essence comme son existence ont Dieu pour cause efficiente (Prop. 25 et 16), ce qui était le premier point. La deuxième partie de la Proposition s'ensuit très clairement ; car, si une chose qui n'est pas déterminée par Dieu, pouvait se déterminer elle-même, la première partie de la proposition serait fausse, ce qui est absurde comme nous l'avons montré. (Appuhn - fr)

That by which things are said to be conditioned to act in a particular manner is necessarily something positive (this is obvious ); therefore both of its essence and of its existence God by the necessity of his nature is the efficient cause (Props. xxv. and xvi.); this is our first point. Our second point is plainly to be inferred therefrom. For if a thing, which has not been conditioned by God, could condition itself, the first part of our proof would be false, and this, as we have shown, is absurd. (Elwes - en)

Dasjenige, wegen dessen man von den Dingen sagt, daß sie bestimmt sind, irgend etwas zu wirken, muß notwendig etwas Positives sein (was an sich klar ist); daher ist Gott aus der Notwendigkeit seiner Natur (nach den Lehrsätzen 25 und 16) die wirkende Ursache sowohl von dessen Wesen als auch von dessen Existenz. Damit ist das erste bewiesen. - Daraus folgt aber auch die zweite Aufstellung des Lehrsatzes aufs deutlichste. Denn wenn ein Ding, das von Gott nicht bestimmt ist, sich selbst bestimmen könnte, so würde der erste Teil dieses Satzes falsch sein; was widersinnig ist, wie gezeigt worden. (Stern - de)

La cagione per cui le cose sono dette determinale ad operare alcunché è necessariamente un qualcosa positivo, come è noto di per sé: e perciò tanto dell'essenza di questo qualcosa, quanto della sua esistenza, Dio è causa efficiente per la necessità della sua natura (Prop. 25; Prop. 16): questo concerne il primo punto. E da questo poi segue chiarissimamente la dimostrazione del secondo: dato se una cosa non sia determinata da Dio potesse determinarsi da sé la prima parte della Proposizione sarebbe falsa, e ciò è assurdo, come ho mostrato. (Peri - it)

Datgene, waarvan men kan zeggen dat het de dingen tot werken noopt, moet noodzakelijk iets positiefs zijn (gelijk vanzelf spreekt); derhalve moet God zoowel van het wezen als van het bestaan hiervan de bewerkende oorzaak zijn (vlg. St. XXV en St. XVI). Dit wat het eerste betreft. Waaruit eveneens ten duidelijkste volgt, wat in de tweede plaats gesteld werd. Want indien een ding, dat niet door God gedreven werd, zichzelf kon richten, zou het eerste deel dezer stelling valsch zijn, hetgeen, gelijk wij aantoonden ongerijmd is. (Suchtelen - nl)

Aquello por lo que se dice que las cosas están determinadas a obrar algo es, necesariamente, algo positivo (como es por sí notorio). Y de esta suerte, Dios es por necesidad causa eficiente (por las Proposiciones 25 y 16) tanto de la esencia de ello como de su existencia. Que era lo primero. De lo que se sigue también, muy claramente, lo que se propone como segundo. En efecto: si la cosa no determinada por Dios pudiera determinarse a sí misma, entonces la primera parte de esta Proposición sería falsa, lo que es absurdo, como hemos mostrado. (Peña - es)

Ce par quoi les choses sont dites déterminées à opérer quelque chose est nécessairement quelque chose de positif (comme il va de soi). Et par suite Dieu, par la nécessité de sa nature, en est la cause efficiente, tant de son essence que de son existence (par les Prop. 25 et 16); ce qui était le premier point. D'où suit aussi très clairement ce qu'on proposait en second. Car, si une chose qui n'est pas déterminée par Dieu pouvait se déterminer elle-même, la première partie de cetle Proposition serait fausse, ce qui est absurde, comme nous l'avons montré. (Pautrat - fr)

Ce par quoi l'on dit que les choses sont déterminées à produire des effets est nécessairement quelque chose de positif (comme cela est évident de soi); par suite Dieu est, par la nécessité de sa nature, la cause efficiente aussi bien de l'essence que de l'existence de cette chose (par les Propositions 25 et 16); ce qui était le premier point. De là suit fort clairement la démonstration du second point. Car si une réalité non déterminée par Dieu pouvait se déterminer soi-même, la première partie de cette démonstration serait fausse, ce qui est absurde, comme nous l'avons montré. (Misrahi - fr)

utilisé(e) par : 1, prop 26

0.0085